29 avr. 2015

Le Protectorat de l'Ombrelle, Gail Carriger (série)

                               



Cette série fait probablement partie des petites perles que je n'aurais pas lu, si, un sombre soir d'octobre, une situation dramatique ne s'était pas présentée à moi. Livre embarqué fini, plus rien à lire pour les trajets du jour ! Fort heureusement, les opérations avec des titres gratuits sont nombreuses à mon travail, ce qui fait pas mal de reliquats au fil du temps, et il se trouvait que Sans Ame, le premier tome de la série, en faisait partie. J'avais déjà vu différents échos positifs de blogopotes passer sur le web, et même eu l'occasion de voir la dame Carriger à l'occasion des dernières Imaginales (et il faut bien avouer que ça a tout l'air d'être un sacré personnage !)

L'article porte sur la série, tout bonnement parce qu'une fois entamée, les tomes se sont enfilés les uns à la suite des autres.

Dans un Londres victorien, le surnaturel existe et est même bien présent, puisque vampires, loups-arous, et fantômes font partie intégrante de la société. Le BUR est chargé de veiller au grain, bien évidemment sous les ordres de la reine Victoria. 

Miss Alexia Tarabotti est une jeune anglaise de la haute société, avec l'étrange capacité d'annuler les pouvoirs des surnaturels en les touchant, autrement dit, une "para-naturelle". Mais Alexia est aussi mi-anglaise, mi-italienne, et surtout, une vieille fille (à 26 ans, certes) qui n'a pas vraiment sa langue dans sa poche. Et oui, quand on est une femme intelligente et curieuse, à cette époque, difficile de s'intégrer parmi les autres femmes qui ne rêvent que des derniers chapeaux à la mode et autres fanfreluches.

A travers cinq tomes, Gail Carriger nous conte les aventures d'Alexia, personnage haut en couleur, et avec qui il sera bien difficile de s'ennuyer ! Le monde créé est passionnant et fouillé, et la pointe d'humour grinçant est très agréable.

Les personnages secondaires sont aussi agréables que la principale : Ivy, meilleure amie d'Alexia, et passionnée de chapeaux les plus extravagants les uns que les autres, lord Maccon, loup-garou séducteur et alpha de sa meute, lord Akeldama, vampire très chic, Madame Lefoux, inventrice mystérieuse, et bien d'autres.

C'est un peu difficile de parler des diverses intrigues sans spoiler la série, mais globalement, on est ici sur une romance agrémentée de steampunk, et qui, contrairement à mes craintes, est d'une toute autre qualité que la bit-lit. La série est achevée, et pour ma part, je ne peux que vous la conseiller, c'est sans prise de tête, et en bonus, vous ferez travailler vos zigomatiques !



Chez Acr0, VertLhisbei 


9 avr. 2015

Après la chute, Nancy Kress


Il y a un peu plus d'un an, Nancy Kress m'avait séduite avec L'une rêve, l'autre pas, novella publiée également chez Actusf, et c'est bien ce qui m'a poussée à lire ce nouveau roman, plus épais, bien que ce soit du post-apo, pas vraiment ma tasse de thé.

En 2014, des agents du FBI enquêtent sur une série de mystérieuses disparitions d'enfants, et finit par faire appel à Julie, brillante informaticienne, pour créer un algorythme et tenter d'y mettre fin.

En 2035, l'apocalypse a eu lieu, et un petit groupe de survivants est enfermé, après avoir été sauvés par les Tesslies, responsables de la destruction du monde extérieur. Depuis 20 ans, ils tentent de survivre et de se reproduire, mais bien peu d'enfants naissent, et les voilà contraints à des expéditions dans le passé pour voler de quoi vivre.

Nous avons là un roman étrange, qui est clairement dans le registre SF et plus précisément, post-apocalyptique, étant donné le contexte, mais l'écriture m'a plutôt fait penser à un thriller qu'autre chose. A travers les voyages temporels, Nancy Kress nous donne la possibilité de comprendre de ce qui s'est produit à l'instant t, et dans le futur. Un "point de vue" scientifique, qui relate les mutations de la planète au fil de la temps, est également présent, bien que très intrigant au début de l'ouvrage.

Juste après ma lecture, l'enthousiasme était bien là. Un thriller écologique, on n'en voit pas si souvent que ça, le suspens est là, et ça m'a suffi pour en avoir un bon ressenti. Mais quelques mois plus tard, je m'aperçois à regret que cette lecture n'est pas vraiment restée en mémoire comme étant marquante. On dira donc que c'est un texte agréable à lire, à conseiller aux amateurs de post-apo et de thriller ! Et en bonus, il est éligible au prix PlanetSf !