6 févr. 2013

Le problème Spinoza, d'Irvin Yalom



Auteur : Irvin Yalom - Traductrice : Sylvette Gleize
Editeur : Galaade - Parution : 2012
ISBN : 978-2-35176-151-9 - Prix : 24.40 €

Ressenti

Le problème Spinoza, c'est un bouquin un peu décalé, qui va nous parler à la fois du grand Spinoza, le philosophe bien connu, de l'inconnu qu'il a été à ses débuts, et de l'exclusion de la communauté juive qu'il a subi, en 1656. On nous parlera aussi du tristement connu Rosenberg, le nazi qui a mis en place la "solution finale", pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Saviez-vous que Rosenberg était un grand admirateur de Spinoza, grand penseur juif ? Moi, non. Et ce fut très intriguée que j'entamais ce roman. Comment un homme qui a exterminé des milliers de juifs peut-il apprécier autant l'oeuvre de l'un d'entre eux, qui a vécu trois siècles auparavant ?

Bien évidemment, il serait dommage de vous livrer une réponse ici. Le roman alterne donc les époques et les points de vue, et nous découvrons un Baruch Spinoza qui doit faire face au herem, et donc à son exclusion de la communauté juive, dans un Amsterdam peu sympathique à l'égard des athéistes et des philosophes. De l'autre, on observe doucement l'évolution de celui qui deviendra un nazi, le plus souvent pour ma part consternée.

Ca reste évidemment un roman, mais un roman qui parle de philosophie, et qui a surtout su rester accessible au grand public, qui ne connaît pas forcément l'oeuvre de Spinoza et/ou son idéologie. Un livre qui plaira à tous ceux et celles qui voudraient aborder le sujet, qui pousse à la réflexion, et qui, personnellement, me pousse à continuer ma découverte de l'auteur.


A propos de l'auteur

Professeur émérite de psychiatrie à Stanford, Irvin Yalom est l’auteur, entre fiction, philosophie et psychothérapie, de nombreux essais, romans ou récits, best-sellers dans le monde entier, dont La Méthode Schopenhauer, Mensonges sur le divan, Et Nietzsche a pleuré, Le Bourreau de l’amour, La Malédiction du chat hongrois, Thérapie existentielle, Le Jardin d’Épicure, Dans le secret des miroirs.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Quelques gouttes d'encre à déposer ?