20 janv. 2013

Une place à prendre, de J.K. Rowling



Auteur : J.K. Rowling - Traducteur : Pierre Demarty
Editeur : Grasset - Parution : Septembre 2012
ISBN : 9782246802631 - Prix : 24 €


Ressenti

Comme de nombreuses personnes, en apprenant que la maman d'Harry Potter allait sortir un nouveau roman, ma réaction était certainement proche du "hiiii". Parce que bon, même si je n'ai pas eu l'occasion d'en parler ici, les HP et moi, c'est une grande histoire d'amour. Puis, on a su très vite que ce nouveau roman ne serait pas dans l'univers, et serait en plus un roman pour adultes. Ah. Après, j'ai appris que la romancière faisait sa diva, autrement dit qu'aucun service de presse ne serait transmis à la presse ou aux libraires, et que c'était drastique. Re "ah." Tout ça pour vous dire, que lorsque l'objet est enfin arrivé jusqu'à moi, la crainte d'être déçue était bel et bien. Parce que bon, n'en déplaise aux auteurs, un auteur qui fait sa diva, ça peut être mérité, mais aussi pas du tout. 

Enfin, passons au roman. Nous sommes dans la petite ville de Pagford, en Angleterre, apparemment un endroit sympathique. Sauf que cette tranquillité est brisée par la mort subite d'un conseiller municipal, Barry Fairbrother, qu'il va donc falloir remplacer. L'ennui dans tout ça, c'est que Pagford est une ville divisée. Depuis qu'on y a annexé Les Champs, quartier pauvre, le conseil municipal se déchire pour tenter de garder la ville "confortable", autrement dit, sans trace de pauvreté.

Pour être franche, il m'a fallu un peu de courage pour lire ce pavé jusqu'au bout. Pendant un long, trop long moment, l'auteur nous décrit les personnages, nous les présente, et nous montre leurs différentes réactions face à ce décès soudain, histoire de bien montrer qui est dans quel camp. On découvre des personnages qui sont travaillés, mais peut-être un peu trop. Il ne sert pas à grand chose de répéter sans cesse que c'est terrible et que le sort de la ville est en jeu, etc.

C'est un peu dommage, parce que finalement, une fois la première partie passée, on accélère un peu le rythme, et ça va mieux, même si on tombe un peu dans le pathos. L'auteur reste une bonne conteuse, et c'est avec plaisir que j'ai fini ma lecture de ce roman qui se veut critique. 

L'ennui là dedans, c'est que pour arriver à quelque de chose de lisible, il faut affronter les 200 premières pages au bas mot. Et c'est beaucoup trop, et décourageant. On aurait gagné à avoir un roman bien plus court, qui se révèle un peu décevant. 


A propos de l'auteur

J.K. Rowling est l'auteur de la série " Harry Potter ", dont les sept tomes, publiés entre 1997 et 2007, se sont vendus à plus de 450 millions d'exemplaires à travers le monde, distribués dans plus de 200 pays, traduits en 74 langues et adaptés au cinéma en huit films qui ont été autant de succès. Décorée de l'Ordre de l'Empire Britannique pour services rendus à la littérature jeunesse, J.K. Rowling a en outre reçu de nombreuses récompenses et distinctions, parmi lesquelles la Légion d'honneur française, le Prix de la Concorde du Prince des Asturies en Espagne ou encore le Prix Hans Christian Andersen.
Docteur honoris causa des universités d'Exeter et d'Aberdeen, elle est invitée à prononcer le discours inaugural lors de la cérémonie de remise des diplômes à l'université Harvard en 2008. Très militante sur le front social, J.K. Rowling est la fondatrice du fonds caritatif Volant et de l'association Lumos, qui lutte pour la défense et l'amélioration de la vie des enfants défavorisés.

14 janv. 2013

Warchild


Auteur : Karin Lowachee - Traducteur : Sandra Kazourian
Editeur : Pocket (Le Bélial) - Parution : Octobre 2012
ISBN : 9782266203340 - Prix : 9.80 €


Ressenti

(Je suis amoureuse de cette couverture. J'avoue. C'est ce qui m'a fait acheter le bouquin, en fait.)

Bon, à part cette information essentielle, parlons contenu. Ici, on va faire la connaissance de Jos Musey, 8 ans, qui vit à bord d'un vaisseau marchand, dans un espace spatial en guerre. Malheureusement, son vaisseau est attaqué, et très vite, le jeune garçon se retrouve capturé par des pirates, et promis à un sort peu enviable, l'esclavage.

Tout d'abord, Jos est un personnage auquel il est facile de s'attacher. Dans cette première partie, le roman est en fait écrit comme si c'était lui qui racontait, et on y reconnait très bien la voix d'un enfant. Et petit à petit, à mesure que Joe grandit, on en apprend plus sur la situation de cet univers, sur le déclenchement de cette guerre, et on en viendra même à voir une remise en question assez impressionnante. L'univers m'a également beaucoup plu. J'adore rencontrer les civilisations extraterrestres, et celle des striviirc-na est pour moi fascinante. C'est riche, c'est beau, et ça donne envie d'en savoir plus.

Que dire d'autre sans spoiler davantage l'histoire ? Ah, oui, le personnage de Jos est incroyablement bien travaillé. Déjà dit ? Ah. Alors, je terminerai ce billet en affirmant haut et fort que nous avons ici un très bon roman de space-opéra, travaillé, qui mérite qu'on lui accorde sa chance.


A propos de l'auteur

Née au Guyana, Karin Lowachee vit au Canada depuis l âge de deux ans. Après des études de lettres à la York University de Toronto, elle enchaîne quantité de petits boulots. Des expériences qui la conduiront notamment à passer près d une année à Rankin Inlet, une communauté inuit de quelques centaines d'habitants, dans le Nunavut, sur la côte ouest de la baie d'Hudson. Warchild, son premier roman, lauréat du prix Warner Aspect et finaliste au Philip K. Dick Award en 2002, fut salué lors de sa publication outre-Atlantique par un accueil public et critique unanime. Elle en a depuis publié deux autres, des romans qui ne constituent pas des suites à Warchild, mais situés dans le même univers.

7 janv. 2013

Jamais deux sans trois


Commençons par souhaiter à tout le monde une très belle année 2013 (oui, je sais, je suis à la bourre), pleine de ce que vous voulez, faisons simple. Ce blog a été ouvert le 3 janvier 2010, il a donc trois ans ! Autant dire que je n'aurais pas pensé qu'il tiendrait jusque là, ce petit.

Un petit bilan ? Allons-y ! 47 billets publiés cette année, beaucoup moins que les deux années précédentes. Cependant, cette année, les Feuilles, petit récapitulatif de lectures, ont fait leur apparition, et si ma mémoire ne me trompe pas, un ralentissement du rythme avait de toute façon été annoncé, en espérant n'être que temporaire, même si pour l'heure il se prolonge.

Je n'ai pas le nombre exact de livres lus cette année étant donné que mon fichier a été oublié un moment, mais il tourne autour de 120 livres lus en 2012, contre une centaine en 2011, donc, comme vous pouvez le constater, mon nombre de lectures augmente, alors que celui de billets diminue, logique non ? xD Cependant pas d'inquiétudes, c'est une nouvelle année qui recommence, où avec un peu d'organisation ça devrait aller mieux.

2012 fut aussi une année très riche en rencontres, puisque j'ai pu assister aux Imaginales (en espérant y retourner cette année), ainsi qu'aux Utopiales en novembre !

Pour finir ce petit bilan, quelques ouvrages qui m'ont marqué.

- Jusqu'au coeur du soleil, de David Brin (en fait, considérez que c'est la trilogie entière le coup de coeur)
- Pourquoi être heureux lorsqu'on peut être normal ?, de Jeanette Winterson (un essai/roman superbe sur le féminisme, à lire.)
- Lointain souvenir de la peau, de Russell Banks (parce que c'est Banks, zut. En plus, ça parle de sexe et de délinquance !)
- Chroniques du pays des mères, d'Elisabeth Vonarburg (une vraie découverte de l'auteure, et c'était super.)
- Kafka sur le rivage, d'Haruki  Murakami (c'est poétique, c'est beau. Que dire d'autre ?)