21 sept. 2012

Feuilles de Juin/Juillet



Books


  • Les enfants de poussière, de Craig Johnson : Vous serez certainement d'accord avec moi, en général, quand on cause polar, on attend suspens et rythme effroyable. Et bien, vous ne trouverez pas ça ici, bien qu'étant d'un roman policier de qualité. Nous sommes dans le Wyoming, où l'enquête démarre par la découverte d'un cadavre, et d'un indien blessé. C'est un roman d'un calme dangereux, au rythme de son pays, et très riche. Polar à découvrir pour ceux et celles qui veulent sortir des chemins battus du genre !
  • Alex, de Pierre Lemaître : Une copine (que vous pouvez aller visiter ici) me jurait que cet auteur était fabuleux. Et puisque son dernier-né venait de sortir en poche, l'occasion était idéale pour tenter ma chance. L'originalité de livre-ci, c'est que l'on suit une femme, dont on ne sait pas trop qui est elle, dans son délire. Elle est blessée, kidnappée, et paraît tout simplement insaisissable. L'enquête de police ? Nous la suivrons également de loin, par le biais du commissaire Verhoeven, lancé à sa poursuite. Difficile d'en dire plus sur ce polar sans spoilers, mais une chose est sûre, vous ne sortirez pas de cette lecture indemne !
  • Robe de mariée, de Pierre Lemaître : Le premier essai était concluant, autant en profiter pour découvrir un autre de ses romans. Cette fois-ci, on part dans l'antre de la folie, en suivant Sophie, qui sombre lentement mais sûrement dans la démence. On suit son parcours, essayant de comprendre le pourquoi des choses, et il faut le dire, voir ça est du genre à vous donner des frissons. Le seul bémol, c'est que j'ai malencontreusement trouvé la solution bien trop vite. Intrigue pas assez complexe ? Elle le paraît pourtant. Rencontre moins concluante donc, mais l'auteur reste à surveiller avec des polars aussi effrayants !
  • Maus, de Spiegelman : Cette BD est considérée comme excellente, il m'a paru essentiel d'aller y jeter un coup d'oeil. On y parle seconde guerre mondiale, déportation, juifs, et histoire personnelle. L'une des choses très appréciables à mon goût, ce sont ces sortes de petits intermèdes qui nous ramènent au présent, importants à mes yeux pour que ce ne soit pas trop lourd. L'histoire en elle-même n'est pas réellement originale étant donné son thème principal, mais est marquante tout de même, puisque ici, c'est aussi l'histoire d'une famille qui tente de survivre comme elle peut. Magnifique bande dessinée.
  • Volte-face, de Michael Connelly : Encore un polar, et oui. Mais ce coup-ci, nous sommes déjà au procès, et ce n'est pas vraiment une enquête qu'on trouvera ici, mais plutôt l'histoire du procès, presque un mode d'emploi pour le gagner. Intéressant donc, mais à réserver à ceux que le droit américain attire !
  • Les faucheurs sont des anges, d'Alden Bell : Chronique là.
  • Les vaches de Staline, de Sofi Oksanen : C'est ici le premier roman de l'auteur, qui nous parle d'Anna, anorexique des années 70, et de sa mère. Toutes deux ont quitté leur pays, l'Estonie, pour vivre en Finlande, en reniant leurs origines. On retrace ici leur passé, leur vie loin d'être évidente, pour s'adapter à un nouveau pays où surtout, elles ne doivent pas être estoniennes. A travers Anna, on aborde aussi le sujet peu évident des troubles alimentaires, et de ce qui peut les causer. Magnifique.
  • Fuck America, d'Edgar Hilsenrath : Nous sommes dans les années 50, et nous suivons Jacok Bronsky, un juif qui a émigré aux Etats-Unis, mais après la guerre. Seulement voilà, notre ami est amer, ne pense qu'à écrire un best-seller et au sexe, et le rêve américain, il est bien loin de le comprendre. Il nous trace un portrait peu commun des Etat-Unis, et peu reluisant il faut bien l'avouer. Mais au moins, on est bien loin de l'Amérique bien pensante, et on peut la voir à travers le regard d'un homme qui a espéré, qui a cru que les USA les sauveraient, et qui découvre tout autre chose à l'arrivée.

16 sept. 2012

Les faucheurs sont des anges, d'Alden Bell



Auteur : Alden Bell - Traducteur : Tristan Lathière
Editeur : Bragelonne - Parution : Avril 2012
ISBN : 9782352945598 - Prix : 18 €


Ressenti

Les zombies sont à la mode, malheureusement pour eux, ils ne m'attirent pas spécifiquement. Heureusement pour ce livre-ci, sa couverture est tout simplement superbe et m'a donné envie de me laisser tenter, sans en attendre grand chose.

Le personnage principal, Temple, est une adolescente, qui ne connait qu'un seul monde, le sien, où les zombies existent et vivent. Elle parcourt les Etats-Unis, seule, et se bat pour sa survie dans un univers devenu impitoyable. Des univers comme celui-ci, on connait, et si le roman n'était que cela, on s'en demanderait bien l'intérêt.

Seulement, le personnage de Temple est très bien travaillé. elle souffre, tente de s'intégrer dans les communautés qui ont survécu, regrette de devoir tuer, et finalement, a une maturité bien au-dessus de son âge. Nous la suivrons ainsi dans son périple désespéré tout au long du roman, croisant au passage une ribambelle de personnages tout aussi intéressants qu'elle.

Un autre roman banal sur les zombies ? Plus un livre qui s'attarde sur la psychologie, sur ce que pourrait devenir la société après ça. Ajoutez à ça une très belle écriture, et voilà le résultat.


A propos de l'auteur

Alden Bell est le pseudonyme de Joshua Gaylord. Il a enseigné l'anglais pendant dix ans à Upper East Side prep school. Depuis 2002, il a également été professeur de littérature à The New School (« La Nouvelle École »), une célèbre université privée de la ville de New York. Il vit à New York avec sa femme, l'écrivain Megan Abbott.

5 sept. 2012

Jusqu'au coeur du soleil, de David Brin



Auteur : David Brin - Traductrice : Françoise Maillet
Editeur : Gallimard - Parution : 2008 (poche)
ISBN : 9782070344130 - Prix : 8.60 €


Ressenti

Vous ai-je déjà parlé de David Brin, et de mon admiration pour cet auteur ? A l'adolescence, j'ai lu le seul livre de lui encore disponible en neuf autre que le cycle de l'Elévation, à savoir "La jeune fille et les clones", ouvrage qui m'a beaucoup marqué à l'époque. Voilà pourquoi en découvrant cette trilogie, je n'ai pas pu faire autrement que de décider de tenter l'expérience !

Nous sommes dans le futur, dans une société où l'humanité a pris contact avec les Galactiques, ensemble de races extraterrestres. La particularité de cet univers ? Chaque race a été élevée à la sapience par une autre plus ancienne, sauf la race humaine, dont les patrons sont introuvables. Or, on découvre dans le soleil de la Terre une forme de vie, serait-ce eux ? En tout cas, une expédition est décidée pour en savoir plus.

Dans cet univers, la race humaine a élevée à la sapience les singes et les dauphins, et nous aurons donc dans ce tome-ci un chimpanzé scientifique. Imaginer une telle chose est passionnante, même si dans le premier tome de cette trilogie, nous allons plutôt nous concentrer sur la quête de ces êtres qui peuplent le soleil, tenter de communiquer avec eux, et de comprendre qui ils sont.

Ma lecture de ce roman date déjà de quelques mois, et j'avoue honteusement que les détails sont estompés, cependant, je vous le dis à vous lecteurs qui n'aimaient pas les sciences, ne vous laissez pas décourager ! En effet, l'auteur est un astrophysicien, et explique en conséquence le phénomène des tâches solaires, et bien d'autres choses sur cet astre fascinant.

Pour terminer, je dirais que ce premier tome est agréable à lire, même passionnant, mais peut-être pas le meilleur pour aborder ce cycle et l'auteur.


A propos de l'auteur

Né en 1950 en Californie, David Brin, éminent astrophysicien, a commencé à écrire en 1980. Ecrivain engagé, il a pris position sur des sujets aussi divers que le clonage ou le nucléaire. Son œuvre a été récompensée par les prix les plus prestigieux.

Marée stellaire, de David Brin


Auteur : David Brin - Traducteur : Gérard Lebec
Editeur : Gallimard - Parution : 2008 (poche)
ISBN : 9782070348541 - Prix : 9.10 €


Ressenti

Volume deux du cycle de l'Elevation, on ne sait pas exactement combien de temps se sont écoulés depuis le premier tome, mais ça n'a pas vraiment d'importance, puisque de toute manière, nous ne retrouverons pas les mêmes personnages.

Ici, nous sommes dans un vaisseau commandé par des dauphins, où il n'y a que très peu d'humains à bord. Seulement voilà, le Streaker est malencontreusement tombé sur une relique très importante de l'espace, et se retrouve avec les Galactiques à ses trousses, prêts à déclencher une guerre. Voilà comment l'équipage se retrouve sur la planète Kithrup, couverte d'eau.

Ce roman-ci est très différent du premier, en premier lieu à cause des personnages. En effet, il est plus facile de s'attacher à eux, de les comprendre, même si une partie est constituée de dauphins. Je trouve également passionnant de voir des créatures ayant accédé à la conscience il y a peu, leur manière de fonctionner, et quelque part, leur dépendance aux humains qui est bien décrite ici.

Petit bémol cependant, la fin qui n'en est pas vraiment une, puisqu'on ne saura pas le fin mot de l'histoire. Tant pis pour nous ! (cependant, il semble qu'on puisse trouver une suite dans un autre cycle de l'auteur)



A propos de l'auteur

Né en 1950 en Californie, David Brin, éminent astrophysicien, a commencé à écrire en 1980. Ecrivain engagé, il a pris position sur des sujets aussi divers que le clonage ou le nucléaire. Son œuvre a été récompensée par les prix les plus prestigieux.


Elevation, de David Brin




Auteur : David Brin - Traducteur : Jean-Pierre Pugi
Editeur : Gallimard - Parution : 2006 (poche)
ISBN : 9782070307548 - Prix : 10,90 €


Ressenti

Histoire de vous conforter dans votre impression, oui, c'est bien le tome 3 de l'élévation, et non, il ne suit pas réellement les autres tomes. Ce coup-ci, nous sommes sur Garth, entourés par des humains et des néo-chimpanzés, ainsi que d'autres espèces extraterrestres. Les humains avec leurs clients sont chargés de restaurer l'écologie de la planète Garth, sauf qu'une race extraterrestre a décidé d'entrer en guerre avec eux, c'est pas de chance.

Ce tome-ci est divisé assez étrangement, puisque nous allons suivre Robert Oneagle, humain, Athaclena, Tymbrini, et Fiben, chimpanzé, chargés de la résistance sur Garth. Et chose intéressante, nous aurons aussi le point de vue des attaquants, les Gubrus.

L'autre différence, c'est qu'on a ici une véritable histoire d'amour qui se dessine à travers l'intrigue, et qui est ma foi intéressante à suivre. On découvre des nouvelles races extraterrestres, et c'est aussi l'occasion unique de comprendre un peu mieux le processus de l'Elevation. Attention, il vaut mieux aimer un minimum les sciences, mais pour ma part, c'est passionnant d'imaginer une société pareille.

Le défaut dans tout ça ? C'est qu'il est assez difficile de comprendre vraiment pourquoi c'est une trilogie. On change à chaque tome de personnages, l'intrigue principale n'est jamais la même, et il n'y a vraiment qu'entre les tomes deux et trois qu'on voit la trame derrière. Il s'agit plus à mon sens de romans situés dans le même univers, et chronologiquement proches.

Conclusion ? Le monde créé par David Brin me fascine personnellement, et puisqu'il semblerait que le reste de sa production (à l'exclusion de "La jeune fille et les clones), n'est hélas plus disponible en neuf, mais ça ne m'empêchera de continuer à explorer son univers !



A propos de l'auteur

Né en 1950 en Californie, David Brin, éminent astrophysicien, a commencé à écrire en 1980. Ecrivain engagé, il a pris position sur des sujets aussi divers que le clonage ou le nucléaire. Son œuvre a été récompensée par les prix les plus prestigieux.