26 déc. 2011

Le Journal intime d'un arbre, de Didier Van Cauwelaert



Auteur : Didier Van Cauwelaert
Editeur : Michel Laffont - Parution : Octobre 2011
ISBN : 9782749915005 - Prix : 19 €


A propos de l'auteur

Prix Goncourt pour Un aller simple, Didier Van Cauwelaert a écrit vingt-cinq livres traduits dans plus de trente langues.
Avec ce nouveau roman captivant, drôle et poignant, il nous entraîne dans une redécouverte du monde et des hommes à travers la sensibilité d'un arbre.


Résumé

Tristan est un poirier, âgé de trois cent ans, qui se retrouve brusquement déraciné à la suite d'une tempête. Ceci est son histoire.


Ressenti

Un poirier comme personnage principal, n'est-ce pas original ? C'était ma première rencontre avec l'auteur, et je ne fus pas déçue. Notre ami poirier a bien évidemment une vision bien différente de la vie, ponctuée par les saisons, et par la végétation.

Par lui, on rencontrera aussi d'autres personnages, comme Iseult, l'autre poirier planté en même temps que lui, mais qui a tenu le coup pendant la tempête, si loin de lui à présent. On a ici aussi les souvenirs de l'arbre fendu, qui va vivre à travers son bois. On connaîtra par la même occasion une jeune artiste, et les déboires qui vont avec.

Ce roman se lit très aisément, et c'est avec plaisir que j'ai suivi Tristan, et son devenir, à travers un point de vue surprenant. C'est aussi l'occasion de se souvenir un peu de la nature et de ses bienfaits, et, avouons-le, ça ne fait pas de mal de temps à autre !

25 déc. 2011

Joyeux Noël !




Je vous souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année à tous, et plein de bonnes lectures au pied du sapin !

19 déc. 2011

Regarde le soleil, de James Patrick Kelly


Auteur : James Patrick Kelly - Traducteur : Christophe Duchet
Editeur : Gallimard - Parution : Octobre 2011 (poche)
ISBN : 9782070439942 - Prix : 7.80 €


A propos de l'auteur

James Patrick Kelly est né en 1951, aux Etats-Unis.
Auteur de nombreuses nouvelles récompensées par les plus grands prix (Hugo, Locus...), il n'a publié que quatre romans, dont un en collaboration avec son ami John Kessel. Sa novella Fournaise a reçu le prix Nebula en 2007.


Résumé

Phillip Wing est un architecte, qui a réalisé le "nuage", merveille du nouveau monde. Conséquence de la célébrité, on le charge d'aller construire un tombeau, pour une déesse... Tâche intéressante, n'est-ce pas ?


Ressenti

De la science-fiction en veux-tu, en voilà. Nous sommes dans un futur indéterminé, en tout cas lointain, où l'humanité est en contact avec d'autres espèces. Nous découvrons là la vie d'un architecte, Phillip Wing, qui vient d'achever ce qu'il considère comme l'oeuvre de sa vie, lorsqu'on lui propose quelque chose d'encore plus énorme.

Qui n'a jamais rêvé de créer un tombeau pour une déesse ? Car c'est le voeu de des Chanis, espèce extraterrestre en déclin. On découvre non seulement l'histoire par le biais de Phillip, mais aussi par ceux d'autres personnages, et notamment des Chanis. Il m'a paru très intéressant de voir ce qu'un peuple peut ressentir, lorsqu'il est proche de l'extinction.

C'est aussi tout le récit d'une adaptation difficile à un nouveau monde, de la perte de l'ancien, et de l'évolution de l'espèce humaine. Il est aisé de s'attacher à notre architecte peu sûr de lui, perdu, et à celui d'Harumen, personnage haut en couleur.

En conclusion, un roman très agréable à lire, le premier que je lisais de l'auteur, mais ça sera avec plaisir que je continuerai à découvrir son oeuvre.


13 déc. 2011

L'enfant de la prophétie, t1&2, de Juliet Marillier


Auteur : Juliet Marillier - Traducteur : Hélène Bury
Editeur : L'Atalante - Parution : Septembre 2011
ISBN : - Prix : 20€


A propos de l'auteur

Juliet Marillier est née à Dunedin, en Nouvelle-Zélande, une ville aux origines écossaises. Membre de l'Ordre des Bardes, Ovates et Druides, elle vit aujourd’hui au bord du fleuve qui traverse Pert, en Australie Occidentale.


Résumé

Nous suivons à présent Faine, la fille du druide Ciaran, renié. La jeune fille doit faire face au monde extérieur, et accomplir la prophétie qui l'entoure.


Ressenti

Dernier tome de la trilogie de Septenaigue, c'est avec grande impatience que j'attendais cette sortie. Et il faut croire que j'ai bien fait, puisqu'avouons-le, ce fut un régal.

Dans "Fils de l'ombre", je m'étais principalement attachée au personnage de Niam, celui de Liadan ne convenant pas totalement. Mes attentes furent comblées ici par le nouveau personnage que nous trouvons ici, Fainne, totalement différente. On la découvre peu à peu, on grandit en même temps qu'elle, et surtout, on s'identifie à cette jeune fille solitaire qui doit accomplir sa mission, comprendre ce qui se passe.

Une fois de plus, il est difficile de plus sur l'intrigue de peur de gâcher le plaisir de la lecture. Cependant, s'il faut émettre un bémol, ce sera le suivant. Le personnage de Bran m'intriguait particulièrement dans le tome précédent, ainsi que tout ce qui l'entoure, mais il est finalement peu présent, ce qui m'a quelque peu déçue. Mais une fois de plus, ce fut un plaisir de retrouver la plume très agréable de l'auteur.

A lire sans hésiter si vous avez apprécié les premiers tomes ! (chroniques disponibles ici, et
.

11 déc. 2011

Le rabaissement, de Philip Roth


Auteur : Philip Roth - Traducteur : Marie-Claire Pasquier
Editeur : Gallimard - Parution : Septembre 2011
ISBN : 9782070126163 - Prix : 13.90 €


A propos de l'auteur

Philip Roth est né à Newark (États-Unis) en 1933 et vit dans le Connecticut.
Tous ses livres sont traduits aux Éditions Gallimard, notamment la trilogie et l’épilogue qui composent Zuckerman enchaîné, les romans Laisser courir, Ma vie d’homme, Professeur de désir, Portnoy et son complexe, Pastorale américaine (prix Pulitzer et, en France, prix du Meilleur Livre étranger), La tache (prix Médicis étranger 2002), Le complot contre l’Amérique (consacré meilleur livre de l’année par la New York Times Book Review), Un homme, Exit le fantôme, Indignation… Entre autres distinctions, le PEN Nabokov Award 2006 et le PEN Saul Bellow Award 2007 ont récompensé le romancier pour l’ensemble de son oeuvre.


Résumé

Simon Axler est un acteur reconnu, à 65 ans. Jusqu'au jour où brusquement, la magie n'exerce plus sur scène. Il ne sait plus jouer, et sombre peu à peu dans la dépression, quitté par sa femme, incapable d'exercer son métier.


Ressenti

Vous l'aurez compris en lisant ce résumé, vous n'êtes pas à un livre joyeux, et si vous n'avez pas envie de déprimer à sa lecture, je ne peux que vous le déconseiller.

En premier lieu, le personnage principal, Simon Axler, est relativement insupportable. A 65 ans, il est devenu dépressif, ne parvenant plus à jouer correctement sur scène, et l'auteur nous livre un temps le récit de sa descente aux enfers, de la solitude de cet homme que personne ne semble pouvoir aider, excepté lui-même.

Puis, notre personnage principale rencontre, Peegee, lesbienne assez jeune pour être sa fille, et en tombe amoureux. Là vient l'élément qui a scellé le sort de cet ouvrage pour ma part, puisqu'on tombe à partir de là dans le cliché de la lesbienne qui va décider de tenter le coup avec un homme plus vieux, dans celui du vieillard fier d'arriver à "féminiser" sa conquête, et j'en passe bien d'autres.

De là, il est heureux que le livre ait été suffisamment court pour le finir rapidement. Je ne doute pas que l'auteur soit talentueux, mais l'histoire ne m'a pas séduite, les personnes principaux m'ont insupporté, et cet étalage de clichés a été de trop.

5 déc. 2011

La petite fille silencieuse, de Peter Hoeg


Auteur : Peter Hoeg - Traducteur : Anne-Charlotte Struve
Editeur : Actes Sud - Parution : 2007 (2011 poche)
ISBN : 9782330000110 - Prix : 10.50 €


A propos de l'auteur

Ecrivain danois né en 1957 à Copenhague, Peter Høeg fut danseur et professeur de sport avant de se consacrer à l’écriture. Il est notamment l’auteur du best-seller international Smilla et l’amour de la neige (Le Seuil, 1995), adapté au cinéma par Bille August en 1997. Chez Actes Sud il a publié La Petite Fille silencieuse (2007) et Les Enfants des cornacs (2011).


Quatrième de couverture

Kasper Krone, artiste de cirque et clown, possède le don rare de percevoir les musiques propres à chaque individu. Un couple lui amène KlaraMaria, dix ans, atteinte de troubles psychologiques qu'il est censé apaiser. Kasper l'a déjà vue dans le public lors d'un de ses numéros, et il se rappelle la manière dont l'expression de son visage pouvait passer de l'angélique au démoniaque.


Ressenti

Que je sois proche d'abandonner un livre, cela n'arrive pas très souvent. Pourtant, ce fut le cas de celui-ci. La quatrième était prometteuse, la couverture superbe, un éditeur que j'apprécie en temps normal. Alors pourquoi me direz-vous ?

L'auteur a un style agréable, mais s'est avéré être horriblement difficile à suivre, la faute aux ellipses temporelles très nombreuses, aux changements de lieux et de temps, le tout sans prévenir le lecteur. La faute aussi à une intrigue complexe, qui nécessite d'être réellement plongée dans l'ouvrage.

L'intrigue en elle-même est passionnante. Imaginez un peu, quelqu'un qui a l'ouïe si développée que ça en devient presque un pouvoir surnaturel. Et une petite fille enlevée, petite fille terriblement inquiétante par ses expressions et son attitude loin d'être de son âge. De même, une fois la première partie du livre franchie, on est happé par l'intrigue, et la suivre devient plus aisé.

En conclusion, c'est un roman passionnant, qui mérite d'être lu, mais aussi qui est semé d'embûches pour le lecteur. Il ne faut pas s'attendre à une lecture facile, loin de là, et de préférence, réserver des plages horaires suffisamment longues pour arriver à s'immerger dans l'histoire.


Rien ne nous survivra, de Maïa Mazaurette


Auteur : Maïa Mazaurette - Illustrateur : Hervé Leban
Editeur : Gallimard - Parution : Septembre 2011
ISBN : 9782070438198 - Prix : 7.30 €


A propos de l'auteur

Née en 1978, Maïa Mazaurette est chroniqueuse et scénariste. A l'aise dans tous les genres, elle a d'abord publié une autofiction avant d'écrire un roman de science-fiction, Rien ne nous survivra, puis Dehors les chiens, les infidèles. Egalement auteur de plusieurs guides, essais ou bandes dessinées, elle collabore régulièrement au magazine GQ. Elle vit actuellement a Berlin.


Résumé

Nous sommes dans un monde futuriste, où les jeunes ont pris le contrôle. A partir de 25 ans, vous êtes un vieux, votre corps commence à se dégrader, et vous serez exécutés. Nous suivons ici deux snipers, Silence, être asexué qui paraît presque invisible, et l'Immortel, sniper en vogue parmi les jeunes.


Ressenti

Difficile en commençant ce livre, de ne pas penser immédiatement au livre d'Anne Maro, Solution Terminale, qui prend exactement la thèse inverse. Pourtant, ces deux livres sont très différents.

Ici, nous attachons aux pas de Silence et de l'Immortel, deux snipers. Le premier est invisible, prudent, presque un fantôme aux yeux du monde. Comment ne pas être tout comme l'Immortel, fasciné par ce personnage ? Lui est puissant, définitivement masculin, et prêt à tout. Tous deux se préparent pour un évènement important, tout en tuant des vieux.

Le récit est parsemé de tracs des Théoriciens, qui nous expliquent la façon de voir des jeunes révoltés, morceaux de pensées intéressantes à analyser, du moins pour moi. Le roman se déroule sur les toits de Paris, et on est très vite happé par le rythme, et pris par les deux personnages, très différents, mais semblables à leur manière.

Une fois de plus, c'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé la plume de l'auteur, et même si le thème abordé peut être gênant, il pousse à la réflexion, et j'ai bien peur d'avoir été contaminée par la fascination de l'Immortel pour Silence ^^

Enfin la nuit, de Camille Leboulanger


Auteur : Camille Leboulanger - Illustrateur : Leraf
Editeur : L'Atalante - Parution : Août 2011
ISBN : 978241725540 - Prix : 12 €


A propos de l'auteur

Né en 1991 à Gonesse dans le Val d’Oise, Camille Leboulanger a grandi dans le Sud-Ouest, où il revient souvent. Il partage son temps entre ses études de scénariste, l’écriture, les comic-books, le tout sur fond de heavy-metal et de musique folk. Après une apparition dans le recueil Ceux qui nous veulent du bien des éditions La Volte en 2010, Enfin la nuit est son premier roman.


Quatrième de couverture

Un flic, Thomas, et une adolescente, Sophie, se mettent en route vers le sud. Pour aller où? Peu importe, ils sont vivants, ils avancent, dans ce monde aveuglant où la nuit a disparu et où le jour continuel rend fou.


Ressenti

Dans un monde futuriste, la nuit a disparu. Du jour au lendemain, sans que le lecteur sache pourquoi, le soleil est là en permanence. C'est un récit intéressant que nous offre l'auteur, en nous faisant voir ce qui pourrait se produire lors d'un tel phénomène. La panique ambiante, la folie qui monte doucement, l'incompréhension des foules.

En revanche, en raison du temps employé, le présent, il m'a été difficile au départ de m'attacher à ces personnages, rencontrés d'une manière improbable, et qui vont continuer d'une façon surprenante leur chemin côte à côté. Il a fallu un moment avant de parvenir à comprendre Thomas, homme qui paraît réservé et taciturne.

Côté style, c'est très agréable, fluide, et l'emploi du présent permet une sorte de détachement qui est assez intéressant. Petit coup de coeur pour la fin, originale, du moins, à mes yeux ^^ Un premier roman post-apocalyptique très sympa à découvrir !