27 nov. 2011

Challenge Anne McCaffrey



Le 21 novembre 2011, on m'apprenait le décès d'Anne McCaffrey.

Cette femme, c'est toute mon adolescence. Je l'ai découverte à l'adolescence, en passant directement de la littérature jeunesse style Animorphs au rayon SF adultes. Grace à sa plume, j'ai pu découvrir le monde merveilleux de Pern, le cycle des Doués, celui d'Acorna, et bien d'autres encore.

Alors quand un challenge sur son oeuvre est proposé, c'est l'occasion ou jamais. En effet malgré tout mon amour pour son oeuvre, aucun de ses livres n'est chroniqué sur le blog, et je me contente de la mentionner dans mes auteurs préférées. Ce sera de plus pour moi l'occasion de relire une énième fois, et découvrir certains de ses livres pas encore lus.

Ce challenge est organisé par Guillaume du Traqueur Stellaire, et se déroulera du 31 mars au 31 août 2012. Vous trouverez toutes les modalités nécessaires pour participer là bas.

25 nov. 2011

L'allée du roi, de Françoise Chandernagor


Auteur : Françoise Chandernagor
Editeur : Gallimard - Parution : 2007
ISBN : 9782070341214 - Prix : 7.80 €


A propos de l'auteur

Dès sa parution, L’Allée du Roi valut d’emblée à Françoise Chandernagor une reconnaissance internationale (plus de 2 millions d’ex en France, traduit en 15 langues, adaptation de Nina Companeez pour la télévision), confirmée par les 9 romans qui suivront (Leçon des ténèbres, L’Enfant des Lumières, La Chambre, etc…).
Depuis 1995, elle siège à l’académie Goncourt.


Résumé

Découvrez ici les "mémoires" de Madame Maintenon, la presque Reine, seconde épouse de Louis XIV.


Ressenti

J'ai découvert Françoise Chandernagor avec Les enfants d'Alexandrie, et tout le monde n'a fait que me conseiller de lire L'Allée du roi. Un roman situé à l'époque du Roi Soleil, contant la vie de Madame de Maintenon, comment résister ?

C'est avec plaisir qu'on retrouve le style fluide de l'auteur, et qu'on pourra lire l'histoire de cette femme qui marqua l'histoire, et partagea la vie de Louis XIV. Il est très agréable de la voir du point de vue de l'auteur, soit comme une femme qui tente d'imposer ses convictions tant bien que mal, et surtout, de voir le Roi-Soleil. Il est intéressant d'imaginer comment pouvait être ce personnage, qui, elle le dit dans le roman, se considère comme supérieur aux autres. Après tout, il est Roi, ne le serait-il pas ?

En conclusion, un roman très agréable à lire, si vous aimez l'histoire ^^


8 nov. 2011

Rebecca, de Daphné du Maurier


Auteur : Daphné du Maurier - Traductrice : Denise Van Moppès
Editeur : Le livre de Poche - Parution : 2007
ISBN : 9782253006732 - Prix : 6 €


A propos de l'auteur

Dame Daphne du Maurier (parfois francisé en Daphné) est une romancière britannique, née le 13 mai 1907 à Londres, décédée le 19 avril 1989 à Par en Cornouailles. Elle est la fille de l'acteur Gerald du Maurier et la petite-fille de l'écrivain et dessinateur George du Maurier, ami de Henry James et auteur notamment de Trilby. Elle publie son premier roman, The Loving Spirit (La Chaîne d'amour), en 1931 et épouse l'année suivante le général de division Frederick Browning. Trois de ses romans ou nouvelles furent portés à l'écran par Alfred Hitchcock, L'Auberge de la Jamaïque (1936) en 1939, Rebecca (1938) 1940, et Les oiseaux (1952) en 1963.


Résumé

Dans la magnifique résidence de Maxime de Winter, sa nouvelle épousée, jeune fille timide, vient d'arriver. Mais ici, règne encore le souvenir vivace de Rebecca, première épouse de Maxim, morte noyée...


Ressenti

Admettons-le, sans la collège de boulot qui m'a offert ce livre lors de mon départ, je n'aurais probablement jamais lu ce roman, les aventures domestiques d'une jeune fille au début du XXème siècle ne me passionnant pas.

Pourtant, ce roman est bien plus que ça. Nous suivons la narratrice, dont nous ne saurons jamais le prénom, qui vient de rencontrer et d'épouser Maxim de Winter. Cette narratrice est jeune, peu sûre d'elle, timide, et n'est pas préparée à faire face à une maisonnée, d'autant plus lorsqu'il s'y trouve encore le fantôme de Rebecca, épouse exemplaire à première vue.

Très vite, on se retrouve plongé dans une ambiance angoissante, où on ne peut que se questionner en sentant le secret qui couvre, et on poursuit ce roman en atterrissant dans une sorte d'enquête pour comprendre.

Avec un style très fluide, l'auteur arrive très bien à immerger le lecteur dans son atmosphère, et croyez-moi, difficile de s'en détacher avant de connaître le fin mot de l'histoire...


7 nov. 2011

Saba, l'ange de la Mort, de Moira Young


Auteur : Moira Young - Traductrice : Laëtitia Devaux
Editeur : Gallimard Jeunesse - Parution : Septembre 2011
ISBN : 9782070696697 - Prix : 16 €


A propos de l'auteur

Moira Young a été comédienne, cantatrice, danseuse (elle s’est produite devant la famille royale anglaise) et même enseignante, avant de réaliser son rêve : devenir écrivain. Saba Silverlake est son premier roman. Née au Canada, Moira Young vit désormais en Angleterre, à Bath.


Quatrième de couverture

Au coeur d'un univers futuriste dévasté, la quête haletante d'une héroïne exceptionnelle. Écoutez le récit de Saba, jeune fille farouche et attachante, qui va découvrir, lors de sa longue épopée, que le plus difficile n'est pas de se battre, mais de faire confiance... Le premier tome d'une trilogie redoutable.


Ressenti

On démarre dès le début de notre histoire dans un univers sombre, avec un père dépressif, une héroïne qui n'aime pas sa petite soeur, et un frère, qui semble être l'unique rayon de soleil du coin. La situation ne s'arrange pas, puisque le père est tué, et le frère kidnappé. Et voilà donc nos deux personnages principaux, Saba et sa soeur, parties pour tenter de sauver leur frère.

Les relations entre soeurs sont tendues, et c'est même un des grands sujets du livre, puisqu'à première vue, ces deux-là ne s'aiment pas, ou plus précisément, Saba rejette sa jeune soeur, qui est considérée comme une incapable à cause de sa jeunesse.

L'intrigue est somme toute assez banale, puisque ce sera ni plus ni moins une quête pour retrouver le disparu. Cependant, le roman est assez violant, puisqu'une grande partie du récit se passe dans des arènes où ont lieu des combats, et rien n'est épargné.

Oui, le tableau peint jusqu'ici n'est pas bien glorieux. Pourtant, l'auteur est parvenue à ne pas nous mettre face à une Mary-Sue en puissance, mais à un personnage humain, qui évolue au fil du roman, et la faiblesse de l'intrigue peut être prise comme une volonté de laisser l'univers se mettre en place. Le bémol sera toutefois la violence parfois extrême du livre, qui s'adresse tout de même à la base à des adolescents voire des préadolescents.