29 mai 2011

Les larmes interdites, de Navy Soth et de Sophie Ansel



Auteurs : Navy Soth et Sophie Ansel
Editeur : Plon - Parution : Mars 2011
ISBN : 9782259211123 - Prix : 21 €


A propos des auteurs

Navy Soth est arrivée en France au début des années 1980.
Elle est maman d'une petite fille. Sophie Ansel a vécu plusieurs années en Asie. Elle est écrivain et réalisatrice.


Résumé

C'est ici le témoignage de Navy Soth, cambodgienne, qui nous parle de son vécu, pendant la guerre civile entre 1975 et 1979.


Ressenti

Ici, nous sommes face au récit d'une petite fille, qui a cinq ou six tout juste lorsque tout commence. Une petite fille qui bien évidemment ne comprend pas ce qui se passe, qui comprend juste que sa famille doit quitter sa maison pour aller sur les routes, faire ce qu'on lui dit, et souffrir de la faim.

C'était prévisible et ça se ressent dans toute la lecture, si vous avez le coeur sensible ou que vous n'aimez pas les histoires tristes, vous n'aimerez probablement pas cet ouvrage.

Le massacre des Cambodgiens par les Khmers Rouges n'est pas qualifié officiellement de génocide, mais toujours est-il que dans les faits, des milliers d'entre eux sont morts, massacrés par les Khmers, de maladie, ou encore de malnutrition.

Il est terriblement de rester insensible à la vie terrible qu'a connu l'auteur pendant ces quelques années, qui semble au final avoir presque survécu à tous ça "par miracle", puisque nombre de ses frères et soeurs ont péri.

Ce livre permet de mettre en lumière ce qui s'est passé pendant ces années du gouvernement de Polpot, mais personnellement, j'ai regretté le manque d'informations sur le côté politique de l'affaire. C'est totalement compréhensible étant donné que la parole est donnée à une enfant au moment des faits, mais au final, les massacres sont des scènes difficiles à lire, et j'aurais apprécié d'avoir aussi l'aspect politique et historique de cette partie de l'histoire du Cambodge.

Un grand merci à Babelio et aux éditions Plon pour ce partenariat !

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Quelques gouttes d'encre à déposer ?