29 mai 2011

Tomboy, par Céline Sciamma



Réalisateur : Céline Sciamma

Casting

Zoé Héran : Laure/Michel - Malonn Lévana : Jeanne
Jeanne Disson : Lisa - Sophie Cattani : La mère
Mathieu Demy : Le père

Plus d'infos sur Allociné


Synopsis

Laure a 10 ans. Laure est un garçon manqué. Arrivée dans un nouveau quartier, elle fait croire à Lisa et sa bande qu’elle est un garçon. Action ou vérité ? Action. L’été devient un grand terrain de jeu et Laure devient Michael, un garçon comme les autres… suffisamment différent pour attirer l’attention de Lisa qui en tombe amoureuse. Laure profite de sa nouvelle identité comme si la fin de l’été n’allait jamais révéler son troublant secret.


Ressenti

Il est très rare que je parle de films par ici, mais celui-ci m'a suffisamment marquée pour le faire. Tout d'abord, par son sujet. Une petite fille d'une dizaine d'années qui se fait passer pour un garçon, au point de prendre un nouveau prénom, ça n'est pas vraiment courant.

La transexualité n'est pas vraiment un sujet qu'on voit régulièrement traité dans les films, et surtout aussi bien fait.

L'actrice qui joue Laure/Michel interprète magnifiquement bien cet enfant, à la recherche de lui/elle, qui a toute sorte de ruses pour que son secret ne soit pas dévoilé aux autres, à ceux qui l'appellent Michel, qui pensent que c'est un garçon, à la petite Lisa, son amoureuse.

C'est aussi terriblement triste, car ce qui est retranscrit aussi, ce n'est pas uniquement la souffrance de l'enfant, mais aussi celle de sa famille, de sa mère notamment, qui ne semble pas vraiment savoir comment réagir à une telle situation.

Et pourtant, c'est aussi la vie d'enfants d'une dizaine d'années, le temps d'un été, la vie d'une famille, et c'est beau. Il est assez rare qu'un film me touche réellement, mais celui-ci a parfaitement réussi son oeuvre.

Je n'ai plus qu'une seule chose à dire, regardez-le.

Le Dahlia Noir, de James Ellroy


Auteur : James Ellroy - Traducteur : Freddy Michalski
Editeur : Rivages - Parution (poche) : Novembre 2006
ISBN : 9782743615871 - Prix : 9.45 €


A propos de l'auteur

James Ellroy, de son vrai nom Lee Earle Ellroy, (né le 4 mars 1948 à Los Angeles en Californie) est un écrivain de polars américain. S'affirmant comme « conservateur » et « réactionnaire », il dépeint dans son œuvre un monde particulièrement pessimiste et corrompu, dans lequel perce néanmoins la notion de rédemption, fil conducteur de nombre de ses ouvrages. Parmi ceux-ci, on peut citer la série de quatre livres sur Los Angeles dont font partie Le Dahlia noir et L.A. Confidential, sa trilogie Underworld USA qui retrace son histoire des États-Unis de 1958 à 1973, ainsi que son récit autobiographique Ma part d'ombre 1958.


Résumé

Janvier 1947, Los Angeles. Le corps d'une jeune fille mutilée est découvert, et bientôt surnommé, le Dahlia Noir, à cause de ses habits. Enquête sur son meurtre.


Ressenti

On m'a souvent décrit l'oeuvre de James Ellroy comme étant magistrale dans le domaine du policier, et il faut donc avouer que je m'attendais à quelque chose de grandiose avec ce roman.

La première chose surprenante ici, c'est la lenteur. L'auteur a choisi de mettre en place tout doucement cette ambiance des années 50 aux USA, prend tout son temps pour nous présenter ses personnages, et si ma foi ça n'est pas déplaisant, on ne s'y attend pas vraiment en commençant ce livre.

Blanchart et Bleichert sont les deux flics chargés de l'enquête, l'un débutant à la Criminelle, l'autre dans le service depuis des années. On comprend assez vite que le premier a un passé assez lourd, dont il ne semble pas vouloir vraiment parler.

Ellroy a tracé un monde violent et quelque peu sans pitié, mais qui paraît réaliste tout de même, et surtout, on s'identifie assez bien à Bleichert, personnage qui nous parle. Malgré la lenteur du récit, on est très vite pris par les deux personnages principaux, par l'ambiance, et enfin par l'affaire.

L'inconnue des Andes, de Sylvie Deshors



Auteur : Sylvie Deshors
Editeur : Rouergue - Parution : Mai 2011
ISBN : 9782812602337 - Prix : 12 €


A propos de l'auteur

Née en 1957, Sylvie Deshors écrit et voyage. Ces écrits qui s'adressent à tous les âges mêlent tendresse et réalisme.Aujourd'hui elle vit à Lyon. Au Rouergue, elle est l'auteur de plusieurs romans dans les collections Zig Zag et doAdo Noir. Son premier polar, "Anges de Berlin", 2007, a reçu le prix du Polar jeunesse du festival de Cognac.


Ressenti

Nous sommes à Quito, dans les Andes. Agathe, étudiante lyonnaise, est en vacances là bas et découvre les pays de l’Equateur avec ses amis, lorsqu’une belle inconnue lui offre un bracelet avant de disparaître. L’occasion ou jamais pour l’étudiante de mener une nouvelle enquête sur la disparition de cette femme intrigante !

Le personnage d’Agathe est très sympathique, et le récit rédigé à la première personne nous aide à se plonger dans ses réflexions. Notre héroïne est accompagnée dans son voyage d’un jeune couple d’amis, mais qui n’est pas très présent, en revanche, le lecteur découvrira avec plaisir le personnage de Lucas, policier à l’âme torturée, dont l’épouse a disparu sans laisser de traces quelques années plus tôt.

L’histoire se met en place rapidement dans l’ambiance exotique des pays de l’Equateur, et offre la possibilité au lecteur d’en savoir un peu plus sur ces cultures, en axant l’enquête d’Agathe sur les trafics de bijoux en or qu’il peut y avoir.

En bref, voilà une enquête passionnante, qui donnera volontiers l’envie de connaître un peu l’Equateur !

Les larmes interdites, de Navy Soth et de Sophie Ansel



Auteurs : Navy Soth et Sophie Ansel
Editeur : Plon - Parution : Mars 2011
ISBN : 9782259211123 - Prix : 21 €


A propos des auteurs

Navy Soth est arrivée en France au début des années 1980.
Elle est maman d'une petite fille. Sophie Ansel a vécu plusieurs années en Asie. Elle est écrivain et réalisatrice.


Résumé

C'est ici le témoignage de Navy Soth, cambodgienne, qui nous parle de son vécu, pendant la guerre civile entre 1975 et 1979.


Ressenti

Ici, nous sommes face au récit d'une petite fille, qui a cinq ou six tout juste lorsque tout commence. Une petite fille qui bien évidemment ne comprend pas ce qui se passe, qui comprend juste que sa famille doit quitter sa maison pour aller sur les routes, faire ce qu'on lui dit, et souffrir de la faim.

C'était prévisible et ça se ressent dans toute la lecture, si vous avez le coeur sensible ou que vous n'aimez pas les histoires tristes, vous n'aimerez probablement pas cet ouvrage.

Le massacre des Cambodgiens par les Khmers Rouges n'est pas qualifié officiellement de génocide, mais toujours est-il que dans les faits, des milliers d'entre eux sont morts, massacrés par les Khmers, de maladie, ou encore de malnutrition.

Il est terriblement de rester insensible à la vie terrible qu'a connu l'auteur pendant ces quelques années, qui semble au final avoir presque survécu à tous ça "par miracle", puisque nombre de ses frères et soeurs ont péri.

Ce livre permet de mettre en lumière ce qui s'est passé pendant ces années du gouvernement de Polpot, mais personnellement, j'ai regretté le manque d'informations sur le côté politique de l'affaire. C'est totalement compréhensible étant donné que la parole est donnée à une enfant au moment des faits, mais au final, les massacres sont des scènes difficiles à lire, et j'aurais apprécié d'avoir aussi l'aspect politique et historique de cette partie de l'histoire du Cambodge.

Un grand merci à Babelio et aux éditions Plon pour ce partenariat !

22 mai 2011

La sorcière est amoureuse, de Bernard Friot et Frédéric Benaglia



Auteur : Bernard Friot - Illustrateur : Frédéric Benaglia
Editeur : Milan Jeunesse - Parution : Mars 2011
ISBN : 9782745946614 - 9.90 €


A propos des auteurs

Bernard Friot est un écrivain français né en 1951 à Saint-Piat (Eure-et-Loir, Région Centre)1, auteur de livres pour la jeunesse pour les éditions Milan, Thierry Magnier, La Martinière ou encore pour Gallimard-Jeunesse.
Frédéric Bénaglia est né en 1974. Après un passage à l'école Estienne, il devient Directeur Artistique dans une agence de communication, puis chez Bayard Presse depuis 3 ans, où il s'occupe du magazine "D-Lire" et "J'aime la BD" . C'est en 1997, qu'il fait ses premiers pas dans l'illustration. Il a publié de nombreux livres pour la jeunesse chez Nathan et Albin-Michel. Il fait partie du collectif "Les dents de la poule" avec ses amis illustrateurs Olivier Balez, Vincent Bourgeau et Laurent Richard. Plus d'infos sur son site internet : http://www.fredbenaglia.com/


Ressenti

Tout d'abord, il faut savoir que l'histoire de La sorcière est amoureuse, est à la base une nouvelle de Bernard Friot, disponible dans son recueil "Histoires pressées". Elle a ici été illustrée par Frédéric Bénaglia.

L'histoire ? C'est simple, une vieille sorcière tombe amoureuse d'un beau jeune homme, et se rajeunit à l'aide de potions pour le séduire. Jusqu'au jour où le dit jeune homme découvre que sa bien-aimée n'est pas aussi jeune que ce qu'il pensait. Non, je ne vous raconterai pas la suite, vous n'aurez qu'à aller lire l'album en question. Sachez que ça finit bien ^^

En tout cas, c'est un très joli album, avec une histoire simple mais qui a tout de même une réflexion, et qui peut même être lue par ceux qui commencent à lire ! Ou alors, à lire aux autres !

16 mai 2011

Actus


Et oui, vous l'avez peut-être constaté, mais depuis le début du mois, les billets sont un peu plus rares, et malheureusement ils vont continuer à l'être encore quelques temps. La faute à des examens en approche. En clair, ne comptez pas trop sur une quelconque présence jusqu'à la fin de la semaine prochaine au minimum.

En attendant, j'annonce tout de même ma participation au Mini-Swap Continents Perdus, organisé par le RSF Blog ! Vous trouverez toutes les informations ici ^^

Et voilà pour aujourd'hui, avec un "Bon courage" à tous ceux et celles qui ont des examens/dossiers/tout ça, à passer !

12 mai 2011

Dix petits garnements, d'Amélie Callot




Auteur : Amélie Callot
Editeur : Alice Jeunesse - Parution : Janvier 2011
ISBN : 9782874261305 - Prix : 14.90 €


A propos de l'auteur

Amélie Callot est née à Poitiers. Après un bac littéraire au Lycée du Futuroscope à Poitiers, elle est entrée en mise à niveau métier d’art (MANMA) à l’école Estienne à Paris en 2002. En 2005, elle obtient le DMA (diplôme des métiers d’art) en illustration et entre en DSAA (Diplôme supérieur des arts appliqués) en illustration médicale dans la même école. Depuis la fin de ses études, elle se consacre à la réalisation de tableaux et d’histoires illustrées et jongle entre les petits boulots (marchés d’artisans, portraits, illustrations médicales pour des
banques d’images, travaux de mise sous plis, etc..) et le milieu associatif (avec le Crébassou, une petite association pour laquelle elle participe à la création de textes et illustrations).


Ressenti

C'est l'histoire de dix enfants, qui disparaissent un à un, par des moyens divers et variés. C'est drôle, le dessin enfantin et rond est très agréable à contempler, et on s'amuse bien à lire cet album.

Les plus grands peuvent aussi apprendre à compter avec nos petits garnements qui partout chacun d'une façon différente ! Un très bel album à lire le soir avant de dormir, ou simplement pour amuser les enfants, au choix !


11 mai 2011

Le bonheur prisonnier, de Jean-François Chabas



Texte : Jean-François Chabas - Illustrations : David Sala
Editeur : Casterman - Parution : Avril 2011
ISBN : 9782203030565 - Prix : 14.95 €


A propos de l'auteur

Jean-François Chabas est né en 1967 à Neuilly-sur-Seine et vit aujourd’hui au Pays basque. Il a exercé d’innombrables métiers avant de se consacrer entièrement à l’écriture. Il a écrit en tout 35 livres en commençant en 1995 avec Une moitié du wasciun.
Il a publié de nombreux livres dans la collection Romans chez Casterman, dont Les Secrets de Faith Green, qui a été très remarqué et a obtenu vingt-trois prix, dont le Tam-Tam et le grand prix de la PEEP. Jean-François Chabas signe avec La Guerre des Plaines Bleues son quatrième roman pour Le Livre de Poche Jeunesse, après Txontxongil, Camille la Louve et Aurélien Malte ou encore La boxe du grand accomplissement.


Ressenti

C'est l'histoire d'une famille, qui possède un grillon en cage, qui représente leur bonheur. Mais le petit garçon, triste de voir le grillon enfermé, choisit de le libérer...

L'histoire en elle-même est assez simple, avec cette symbolique du grillon-bonheur, mais ce qui m'a vraiment plu dans cet album, c'est le dessin tout simplement superbe, on a l'impression au premier regard qu'il s'agit de découpages alors qu'il n'en ait rien, et illustre à merveille le texte, qui lui n'est ni trop simple, ni trop complexe.

Un superbe album à faire découvrir aux enfants, à partir de 6 ans. N'hésitez pas à consulter le site de l'illustrateur pour voir un peu le dessin !

10 mai 2011

Loup, y es-tu ? d'Henri Courtade



Auteur : Henri Courtade - Illustrateur : Anne-Claire Payet
Editeur : Mille Saisons - Parution : Septembre 2010
ISBN : 9782918287094 - Prix : 20 €


A propos de l'auteur

Né en 1968 au pied des Pyrénées, Henri Courtade est biologiste. Passionné de littérature, il écrit dans des genres aussi variés que le roman historique, le thriller, ou le fantastique.


Résumé

Imaginez qu'à l'époque actuelle, le Petit Chaperon Rouge existe. Blanche-Neige aussi. Elles ne se souviennent de qui elles étaient, mais la sorcière les pourchasse toujours....


Ressenti

Très honnêtement, j'avoue m'être laissé par avoir par ce remake de contes de fée. Parce que Cendrillon, le Petit Chaperon Rouge, Blanche-Neige, ce sont des contes qui m'ont bercée petite fille comme bien d'autres, et voilà.

J'ai trouvé l'idée de base très intéressante, imaginez que le Loup existe vraiment, la Sorcière aussi, et qu'ils dominent le monde, ou du moins essayent. C'est d'ailleurs totalement rafraîchissant de voir les héroïnes de contes de fée sous un angle différent, où Cendrillon était mannequin, et où notre petit Chaperon Rouge créatrice de mode....

L'autre intérêt, est aussi que l'auteur a aussi voulu montrer dans cet ouvrage une certaine critique de la société, qui est assez intéressante, sans pour autant trop envahir le récit.

Ajoutez à ça une couverture bien jolie, et vous avez une histoire bien sympathique !

CITRIQ

Le pays des grottes sacrées, de Jean M. Auel



Auteur : Jean M. Auel - Traducteur : Jacques Bommarlat
Editeur : Presses de la cité - Parution : Mars 2011
ISBN : 9782258084001 - Prix : 23 €


A propos de l'auteur

En 1977, alors âgée de quarante ans, l'Américaine Jean Auel décide de quitter son emploi, un poste à responsabilité dans une entreprise d'électronique.
En attendant d'obtenir un travail plus stimulant, cette mère de cinq enfants se met à écrire une nouvelle consacrée à une femme de la préhistoire. Ainsi naît Ayla, l'héroïne des " Enfants de la Terre ", une formidable saga préhistorique qui s'est à ce jour vendue à plus de 45 millions d'exemplaires à travers le monde.


Résumé

Ayla et Jondalar vivent à présent chez les Zelandonii, ont eu leur petite fille, Jonayla, et la jeune femme s'apprête à entamer sa formation de Zelandoni, les "prêtres" de la Mère.


Ressenti

Tout d'abord, il est important de savoir qu'il s'agit là du dernier tome de la saga Les Enfants de la Terre, composés de six tomes celui-ci compris, dont vous ne trouverez pas les chroniques sur ce blog. En effet, ce tout dernier tome était attendu par les fans depuis près de neuf ans.

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas du tout la saga, l'histoire commence avec Ayla, à l'époque préhistorique, 35 000 ans avant notre ère. C'est à l'époque une petite orpheline Cro-Magnon de cinq ans, qui va être recueillie par une tribu d'hommes de Néenderthal, et devoir s'y adapter. C'est sa vie qui est contée dans la saga, ainsi que celle de Jondalar, qui deviendra son compagnon.

Passons à présent à ce tout dernier tome, très attendu. On retrouve Ayla à la fin du tome 5, où elle devient acolyte de Zelandoni, et doit entamer son initiation, pour devenir ensuite une Zelandoni à part entière. Pour cela, une part de sa vie personnelle doit être sacrifiée, et sa famille va-t'elle y survivre ?

Pendant toute la saga, on ne peut absolument pas nier à l'auteur qu'elle est très documentée, et apprendre ainsi beaucoup sur cette période de la préhistoire. Elle a voulu ici nous faire part des peintures des grottes sacrées de nos ancêtres, et, si l'idée est bonne, un roman n'était peut-être pas le meilleur lien pour ce faire.

En effet, surtout pendant la première partie de l'histoire, le livre est finalement trop centré pour moi sur ces fameuses peintures et leur interprétation, ce qui est certes intéressant, mais lasse le lecteur au bout d'un moment, d'autant plus que nous n'avons aucune représentation à nous mettre sous les yeux. L'autre défaut du livre, ce sont les nombreuses ellipses temporelles, certainement nécessaires pour que le récit ne soit pas long, mais qui perdent par moment le lecteur.

Côté positif, nous avons la relation entre Jondalar et Ayla, qui ne cesse de se modifier, sans pour autant lasser. Les personnages vieillissent petit à petit, et changent. On a aussi ici le retour de certains personnages du tome 3, ce qui fait bien plaisir. On sent bien la volonté de l'auteur de faire réapparaître d'anciens personnages pour le final. J'ai aussi beaucoup apprécié le traitement du racisme qui est fait, avec les réactions de Brukeval et d'Echozar, deux sangs-mêlés.

Un grand regret, que Durc ne fasse pas partie du dernier tome. C'est une possibilité narrative qui aurait pu être intéressante à voir, mais qui a apparemment été écartée par l'auteur, ce que je trouve dommage, d'autant plus qu'on pouvait y croire dans les tomes précédents.

En conclusion, si j'ai un conseil à vous donner, ce serait de lire les premiers tomes de la saga des Enfants de la Terre, jusqu'au troisième tome. Le quatrième est moins intéressant, et si le cinquième est passionnant, le dernier tome ne tient pas pour moi ses promesses.

Premier amour, d'Ivan Tourneguiev



Auteur : Ivan Tourneguiev - Traducteur : Michel R-Hofman
Editeur : Librio - Parution : 2004
ISBN : 9782290345719 - Prix : 2 €


A propos de l'auteur

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev (1818-1883) est l'un des trois grands écrivains russes de la seconde moitié du XIXe siècle avec Tolstoï et Dostoïevski. Condamné par la censure et mal-aimé des critiques littéraires dans son pays, il vécut assez longtemps en France, où il contribua à faire connaître la littérature russe.


Ressenti

Et oui, aujourd'hui pas de résumé. Ce livre est suffisamment court comme ça. Comme son titre l'indique, c'est ici une histoire d'amour, et plus particulièrement celle d'un jeune homme, Vladimir Pétrovitch, qui tombe amoureux de la belle Zinaïda.

C'est beau sans être niais, et surtout c'est très bien écrit. Ce n'est pas long, mais c'est suffisant ici pour que tout soit dit et ressenti par le lecteur. On s'attache à Vladimir, à Zinaïda, et nous aussi, on voudrait bien savoir ce qui va arriver. On nous permet aussi de découvrir un peu la société russe, ce qui n'est pas négligeable.

Vu la taille, vous rateriez un joli roman en ne le lisant pas un jour ou l'autre ^^

4 mai 2011

Entre Dieu et moi, c'est fini, de Katarina Mazetti




Auteur : Katarina Mazetti - Traducteurs : Max Stadler et Lucile Clauss

Editeur : Actes Sud Babel - Parution : Mars 2011

ISBN : 9782742796755 - Prix : 6.50 €



A propos de l'auteur


Née en 1944, Katarina Mazetti est journaliste à la radio suédoise.
Auteur de livres pour la jeunesse et de romans pour adultes, elle a rencontré un succès phénoménal avec Le Mec de la tombe d'à côté (Babel n° 951), traduit en de nombreuses langues. Son oeuvre est publiée en France par les éditions Gaïa.



Résumé


Linnea, c'est une adolescente de quinze ans, des questions plein la tête, qui vient de perdre sa meilleure amie. Pia est morte, et pour faire son deuil, il faut se souvenir, comme dit sa grand-mère.



Ressenti


Au vu du résumé, on pourrait penser que ce roman aurait plus sa place dans une collection jeunesse, mais non. Linnea est une adolescente, mais une ado qui fait penser à ce qu'on a été. Pia, son amie, elle pouvait lui parler de tout, l'amour, les garçons, les parents, la mode.


C'est un personnage très touchant, qui se pose une foule de questions, sur tout et sur rien. C'est l'histoire d'une adolescente qui fait face au suicide de sa meilleure amie. Malgré le sujet, nous ne sommes pas face à un livre déprimant, mais très touchant au contraire, et qui fait sourire en rappelant comment nous étions adolescents.



Donc, n'hésitez pas à le lire si vous tombez dessus !
>

1 mai 2011

Le portrait de Dorian Gray, d'Oscar Wilde



Auteur : Oscar Wilde - Traducteur : Richard Crevier
Editeur : Flammarion - Parution : 1890
ISBN : 9782080713018 - Prix : 3.30 €


A propos de l'auteur

Oscar Wilde est le fils de Sir William Robert Wills Wilde, chirurgien irlandais, et de Jane Francesca Elgee (« Speranza »), poétesse et nationaliste irlandaise.
Oscar fait d'abord de brillantes études au Trinity College de Dublin, puis au collège Magdalen d'Oxford. En 1878, il reçoit le Newdigate Prize pour son poème sur Ravenne. Il en profite pour créer le mouvement de l'Art pour l'art. Wilde s'installe à Londres en 1879 : séduisant, raffiné et subtil, il est fêté dans toute l'Angleterre. Il développe rapidement sa théorie de l'esthétisme et donne des conférences sur ce thème aux États-Unis. Il devient rédacteur en chef de The Womans' World. Il s'installe quelque temps à Paris. En 1884, Oscar Wilde épouse Constance Lloyd avec qui il aura deux fils, Cyril et Vyvyan. En 1886, il rencontre Robert Ross qui devient son amant et sera plus tard son exécuteur testamentaire. La parution en 1890 du Portrait de Dorian Gray marque le début d'une célébrité littéraire.


Quatrième de couverture

Que c'est triste ! Je vais devenir vieux, horrible et épouvantable. Mais ce portrait, lui, demeurera toujours jeune. [...] Si seulement c'était moi qui devais rester éternellement jeune et le portrait qui devait vieillir ! Pour cela, je donnerais tout ! [...] Je donnerais mon âme ! Toute l'intrigue de l'unique roman d'Oscar Wilde est en germe dans ce vœu aux accents de pacte faustien. Dorénavant, Dorian Gray ne vieillira plus : c'est son portrait qui portera les stigmates de son âge, de ses vices et de ses crimes.


Ressenti

Si un livre a bien failli m'achever lors du Read-A-Thon, c'est bien celui-ci. Ne vous trompez pas, il est pourtant intéressant. Mais le rythme n'est pas toujours des plus rapides, et lors d'un challenge de lecture, en pleine digestion, ça n'est pas forcément le meilleur livre à livre.

Et pourtant, c'est un livre passionnant. Simplement,le rythme est assez lent. On nous parle ici de Dorian Gray, un homme qui ne vieillit pas. Le thème de la jeunesse éternelle est très bien exploité, de même que l'évolution du personnage principal, qu'on voit vieillir tout en restant jeune.

C'est un ouvrage que j'ai beaucoup aimé pour les réflexions auxquelles il peut pousser.