26 déc. 2011

Le Journal intime d'un arbre, de Didier Van Cauwelaert



Auteur : Didier Van Cauwelaert
Editeur : Michel Laffont - Parution : Octobre 2011
ISBN : 9782749915005 - Prix : 19 €


A propos de l'auteur

Prix Goncourt pour Un aller simple, Didier Van Cauwelaert a écrit vingt-cinq livres traduits dans plus de trente langues.
Avec ce nouveau roman captivant, drôle et poignant, il nous entraîne dans une redécouverte du monde et des hommes à travers la sensibilité d'un arbre.


Résumé

Tristan est un poirier, âgé de trois cent ans, qui se retrouve brusquement déraciné à la suite d'une tempête. Ceci est son histoire.


Ressenti

Un poirier comme personnage principal, n'est-ce pas original ? C'était ma première rencontre avec l'auteur, et je ne fus pas déçue. Notre ami poirier a bien évidemment une vision bien différente de la vie, ponctuée par les saisons, et par la végétation.

Par lui, on rencontrera aussi d'autres personnages, comme Iseult, l'autre poirier planté en même temps que lui, mais qui a tenu le coup pendant la tempête, si loin de lui à présent. On a ici aussi les souvenirs de l'arbre fendu, qui va vivre à travers son bois. On connaîtra par la même occasion une jeune artiste, et les déboires qui vont avec.

Ce roman se lit très aisément, et c'est avec plaisir que j'ai suivi Tristan, et son devenir, à travers un point de vue surprenant. C'est aussi l'occasion de se souvenir un peu de la nature et de ses bienfaits, et, avouons-le, ça ne fait pas de mal de temps à autre !

25 déc. 2011

Joyeux Noël !




Je vous souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année à tous, et plein de bonnes lectures au pied du sapin !

19 déc. 2011

Regarde le soleil, de James Patrick Kelly


Auteur : James Patrick Kelly - Traducteur : Christophe Duchet
Editeur : Gallimard - Parution : Octobre 2011 (poche)
ISBN : 9782070439942 - Prix : 7.80 €


A propos de l'auteur

James Patrick Kelly est né en 1951, aux Etats-Unis.
Auteur de nombreuses nouvelles récompensées par les plus grands prix (Hugo, Locus...), il n'a publié que quatre romans, dont un en collaboration avec son ami John Kessel. Sa novella Fournaise a reçu le prix Nebula en 2007.


Résumé

Phillip Wing est un architecte, qui a réalisé le "nuage", merveille du nouveau monde. Conséquence de la célébrité, on le charge d'aller construire un tombeau, pour une déesse... Tâche intéressante, n'est-ce pas ?


Ressenti

De la science-fiction en veux-tu, en voilà. Nous sommes dans un futur indéterminé, en tout cas lointain, où l'humanité est en contact avec d'autres espèces. Nous découvrons là la vie d'un architecte, Phillip Wing, qui vient d'achever ce qu'il considère comme l'oeuvre de sa vie, lorsqu'on lui propose quelque chose d'encore plus énorme.

Qui n'a jamais rêvé de créer un tombeau pour une déesse ? Car c'est le voeu de des Chanis, espèce extraterrestre en déclin. On découvre non seulement l'histoire par le biais de Phillip, mais aussi par ceux d'autres personnages, et notamment des Chanis. Il m'a paru très intéressant de voir ce qu'un peuple peut ressentir, lorsqu'il est proche de l'extinction.

C'est aussi tout le récit d'une adaptation difficile à un nouveau monde, de la perte de l'ancien, et de l'évolution de l'espèce humaine. Il est aisé de s'attacher à notre architecte peu sûr de lui, perdu, et à celui d'Harumen, personnage haut en couleur.

En conclusion, un roman très agréable à lire, le premier que je lisais de l'auteur, mais ça sera avec plaisir que je continuerai à découvrir son oeuvre.


13 déc. 2011

L'enfant de la prophétie, t1&2, de Juliet Marillier


Auteur : Juliet Marillier - Traducteur : Hélène Bury
Editeur : L'Atalante - Parution : Septembre 2011
ISBN : - Prix : 20€


A propos de l'auteur

Juliet Marillier est née à Dunedin, en Nouvelle-Zélande, une ville aux origines écossaises. Membre de l'Ordre des Bardes, Ovates et Druides, elle vit aujourd’hui au bord du fleuve qui traverse Pert, en Australie Occidentale.


Résumé

Nous suivons à présent Faine, la fille du druide Ciaran, renié. La jeune fille doit faire face au monde extérieur, et accomplir la prophétie qui l'entoure.


Ressenti

Dernier tome de la trilogie de Septenaigue, c'est avec grande impatience que j'attendais cette sortie. Et il faut croire que j'ai bien fait, puisqu'avouons-le, ce fut un régal.

Dans "Fils de l'ombre", je m'étais principalement attachée au personnage de Niam, celui de Liadan ne convenant pas totalement. Mes attentes furent comblées ici par le nouveau personnage que nous trouvons ici, Fainne, totalement différente. On la découvre peu à peu, on grandit en même temps qu'elle, et surtout, on s'identifie à cette jeune fille solitaire qui doit accomplir sa mission, comprendre ce qui se passe.

Une fois de plus, il est difficile de plus sur l'intrigue de peur de gâcher le plaisir de la lecture. Cependant, s'il faut émettre un bémol, ce sera le suivant. Le personnage de Bran m'intriguait particulièrement dans le tome précédent, ainsi que tout ce qui l'entoure, mais il est finalement peu présent, ce qui m'a quelque peu déçue. Mais une fois de plus, ce fut un plaisir de retrouver la plume très agréable de l'auteur.

A lire sans hésiter si vous avez apprécié les premiers tomes ! (chroniques disponibles ici, et
.

11 déc. 2011

Le rabaissement, de Philip Roth


Auteur : Philip Roth - Traducteur : Marie-Claire Pasquier
Editeur : Gallimard - Parution : Septembre 2011
ISBN : 9782070126163 - Prix : 13.90 €


A propos de l'auteur

Philip Roth est né à Newark (États-Unis) en 1933 et vit dans le Connecticut.
Tous ses livres sont traduits aux Éditions Gallimard, notamment la trilogie et l’épilogue qui composent Zuckerman enchaîné, les romans Laisser courir, Ma vie d’homme, Professeur de désir, Portnoy et son complexe, Pastorale américaine (prix Pulitzer et, en France, prix du Meilleur Livre étranger), La tache (prix Médicis étranger 2002), Le complot contre l’Amérique (consacré meilleur livre de l’année par la New York Times Book Review), Un homme, Exit le fantôme, Indignation… Entre autres distinctions, le PEN Nabokov Award 2006 et le PEN Saul Bellow Award 2007 ont récompensé le romancier pour l’ensemble de son oeuvre.


Résumé

Simon Axler est un acteur reconnu, à 65 ans. Jusqu'au jour où brusquement, la magie n'exerce plus sur scène. Il ne sait plus jouer, et sombre peu à peu dans la dépression, quitté par sa femme, incapable d'exercer son métier.


Ressenti

Vous l'aurez compris en lisant ce résumé, vous n'êtes pas à un livre joyeux, et si vous n'avez pas envie de déprimer à sa lecture, je ne peux que vous le déconseiller.

En premier lieu, le personnage principal, Simon Axler, est relativement insupportable. A 65 ans, il est devenu dépressif, ne parvenant plus à jouer correctement sur scène, et l'auteur nous livre un temps le récit de sa descente aux enfers, de la solitude de cet homme que personne ne semble pouvoir aider, excepté lui-même.

Puis, notre personnage principale rencontre, Peegee, lesbienne assez jeune pour être sa fille, et en tombe amoureux. Là vient l'élément qui a scellé le sort de cet ouvrage pour ma part, puisqu'on tombe à partir de là dans le cliché de la lesbienne qui va décider de tenter le coup avec un homme plus vieux, dans celui du vieillard fier d'arriver à "féminiser" sa conquête, et j'en passe bien d'autres.

De là, il est heureux que le livre ait été suffisamment court pour le finir rapidement. Je ne doute pas que l'auteur soit talentueux, mais l'histoire ne m'a pas séduite, les personnes principaux m'ont insupporté, et cet étalage de clichés a été de trop.

5 déc. 2011

La petite fille silencieuse, de Peter Hoeg


Auteur : Peter Hoeg - Traducteur : Anne-Charlotte Struve
Editeur : Actes Sud - Parution : 2007 (2011 poche)
ISBN : 9782330000110 - Prix : 10.50 €


A propos de l'auteur

Ecrivain danois né en 1957 à Copenhague, Peter Høeg fut danseur et professeur de sport avant de se consacrer à l’écriture. Il est notamment l’auteur du best-seller international Smilla et l’amour de la neige (Le Seuil, 1995), adapté au cinéma par Bille August en 1997. Chez Actes Sud il a publié La Petite Fille silencieuse (2007) et Les Enfants des cornacs (2011).


Quatrième de couverture

Kasper Krone, artiste de cirque et clown, possède le don rare de percevoir les musiques propres à chaque individu. Un couple lui amène KlaraMaria, dix ans, atteinte de troubles psychologiques qu'il est censé apaiser. Kasper l'a déjà vue dans le public lors d'un de ses numéros, et il se rappelle la manière dont l'expression de son visage pouvait passer de l'angélique au démoniaque.


Ressenti

Que je sois proche d'abandonner un livre, cela n'arrive pas très souvent. Pourtant, ce fut le cas de celui-ci. La quatrième était prometteuse, la couverture superbe, un éditeur que j'apprécie en temps normal. Alors pourquoi me direz-vous ?

L'auteur a un style agréable, mais s'est avéré être horriblement difficile à suivre, la faute aux ellipses temporelles très nombreuses, aux changements de lieux et de temps, le tout sans prévenir le lecteur. La faute aussi à une intrigue complexe, qui nécessite d'être réellement plongée dans l'ouvrage.

L'intrigue en elle-même est passionnante. Imaginez un peu, quelqu'un qui a l'ouïe si développée que ça en devient presque un pouvoir surnaturel. Et une petite fille enlevée, petite fille terriblement inquiétante par ses expressions et son attitude loin d'être de son âge. De même, une fois la première partie du livre franchie, on est happé par l'intrigue, et la suivre devient plus aisé.

En conclusion, c'est un roman passionnant, qui mérite d'être lu, mais aussi qui est semé d'embûches pour le lecteur. Il ne faut pas s'attendre à une lecture facile, loin de là, et de préférence, réserver des plages horaires suffisamment longues pour arriver à s'immerger dans l'histoire.


Rien ne nous survivra, de Maïa Mazaurette


Auteur : Maïa Mazaurette - Illustrateur : Hervé Leban
Editeur : Gallimard - Parution : Septembre 2011
ISBN : 9782070438198 - Prix : 7.30 €


A propos de l'auteur

Née en 1978, Maïa Mazaurette est chroniqueuse et scénariste. A l'aise dans tous les genres, elle a d'abord publié une autofiction avant d'écrire un roman de science-fiction, Rien ne nous survivra, puis Dehors les chiens, les infidèles. Egalement auteur de plusieurs guides, essais ou bandes dessinées, elle collabore régulièrement au magazine GQ. Elle vit actuellement a Berlin.


Résumé

Nous sommes dans un monde futuriste, où les jeunes ont pris le contrôle. A partir de 25 ans, vous êtes un vieux, votre corps commence à se dégrader, et vous serez exécutés. Nous suivons ici deux snipers, Silence, être asexué qui paraît presque invisible, et l'Immortel, sniper en vogue parmi les jeunes.


Ressenti

Difficile en commençant ce livre, de ne pas penser immédiatement au livre d'Anne Maro, Solution Terminale, qui prend exactement la thèse inverse. Pourtant, ces deux livres sont très différents.

Ici, nous attachons aux pas de Silence et de l'Immortel, deux snipers. Le premier est invisible, prudent, presque un fantôme aux yeux du monde. Comment ne pas être tout comme l'Immortel, fasciné par ce personnage ? Lui est puissant, définitivement masculin, et prêt à tout. Tous deux se préparent pour un évènement important, tout en tuant des vieux.

Le récit est parsemé de tracs des Théoriciens, qui nous expliquent la façon de voir des jeunes révoltés, morceaux de pensées intéressantes à analyser, du moins pour moi. Le roman se déroule sur les toits de Paris, et on est très vite happé par le rythme, et pris par les deux personnages, très différents, mais semblables à leur manière.

Une fois de plus, c'est avec grand plaisir que j'ai retrouvé la plume de l'auteur, et même si le thème abordé peut être gênant, il pousse à la réflexion, et j'ai bien peur d'avoir été contaminée par la fascination de l'Immortel pour Silence ^^

Enfin la nuit, de Camille Leboulanger


Auteur : Camille Leboulanger - Illustrateur : Leraf
Editeur : L'Atalante - Parution : Août 2011
ISBN : 978241725540 - Prix : 12 €


A propos de l'auteur

Né en 1991 à Gonesse dans le Val d’Oise, Camille Leboulanger a grandi dans le Sud-Ouest, où il revient souvent. Il partage son temps entre ses études de scénariste, l’écriture, les comic-books, le tout sur fond de heavy-metal et de musique folk. Après une apparition dans le recueil Ceux qui nous veulent du bien des éditions La Volte en 2010, Enfin la nuit est son premier roman.


Quatrième de couverture

Un flic, Thomas, et une adolescente, Sophie, se mettent en route vers le sud. Pour aller où? Peu importe, ils sont vivants, ils avancent, dans ce monde aveuglant où la nuit a disparu et où le jour continuel rend fou.


Ressenti

Dans un monde futuriste, la nuit a disparu. Du jour au lendemain, sans que le lecteur sache pourquoi, le soleil est là en permanence. C'est un récit intéressant que nous offre l'auteur, en nous faisant voir ce qui pourrait se produire lors d'un tel phénomène. La panique ambiante, la folie qui monte doucement, l'incompréhension des foules.

En revanche, en raison du temps employé, le présent, il m'a été difficile au départ de m'attacher à ces personnages, rencontrés d'une manière improbable, et qui vont continuer d'une façon surprenante leur chemin côte à côté. Il a fallu un moment avant de parvenir à comprendre Thomas, homme qui paraît réservé et taciturne.

Côté style, c'est très agréable, fluide, et l'emploi du présent permet une sorte de détachement qui est assez intéressant. Petit coup de coeur pour la fin, originale, du moins, à mes yeux ^^ Un premier roman post-apocalyptique très sympa à découvrir !


27 nov. 2011

Challenge Anne McCaffrey



Le 21 novembre 2011, on m'apprenait le décès d'Anne McCaffrey.

Cette femme, c'est toute mon adolescence. Je l'ai découverte à l'adolescence, en passant directement de la littérature jeunesse style Animorphs au rayon SF adultes. Grace à sa plume, j'ai pu découvrir le monde merveilleux de Pern, le cycle des Doués, celui d'Acorna, et bien d'autres encore.

Alors quand un challenge sur son oeuvre est proposé, c'est l'occasion ou jamais. En effet malgré tout mon amour pour son oeuvre, aucun de ses livres n'est chroniqué sur le blog, et je me contente de la mentionner dans mes auteurs préférées. Ce sera de plus pour moi l'occasion de relire une énième fois, et découvrir certains de ses livres pas encore lus.

Ce challenge est organisé par Guillaume du Traqueur Stellaire, et se déroulera du 31 mars au 31 août 2012. Vous trouverez toutes les modalités nécessaires pour participer là bas.

25 nov. 2011

L'allée du roi, de Françoise Chandernagor


Auteur : Françoise Chandernagor
Editeur : Gallimard - Parution : 2007
ISBN : 9782070341214 - Prix : 7.80 €


A propos de l'auteur

Dès sa parution, L’Allée du Roi valut d’emblée à Françoise Chandernagor une reconnaissance internationale (plus de 2 millions d’ex en France, traduit en 15 langues, adaptation de Nina Companeez pour la télévision), confirmée par les 9 romans qui suivront (Leçon des ténèbres, L’Enfant des Lumières, La Chambre, etc…).
Depuis 1995, elle siège à l’académie Goncourt.


Résumé

Découvrez ici les "mémoires" de Madame Maintenon, la presque Reine, seconde épouse de Louis XIV.


Ressenti

J'ai découvert Françoise Chandernagor avec Les enfants d'Alexandrie, et tout le monde n'a fait que me conseiller de lire L'Allée du roi. Un roman situé à l'époque du Roi Soleil, contant la vie de Madame de Maintenon, comment résister ?

C'est avec plaisir qu'on retrouve le style fluide de l'auteur, et qu'on pourra lire l'histoire de cette femme qui marqua l'histoire, et partagea la vie de Louis XIV. Il est très agréable de la voir du point de vue de l'auteur, soit comme une femme qui tente d'imposer ses convictions tant bien que mal, et surtout, de voir le Roi-Soleil. Il est intéressant d'imaginer comment pouvait être ce personnage, qui, elle le dit dans le roman, se considère comme supérieur aux autres. Après tout, il est Roi, ne le serait-il pas ?

En conclusion, un roman très agréable à lire, si vous aimez l'histoire ^^


8 nov. 2011

Rebecca, de Daphné du Maurier


Auteur : Daphné du Maurier - Traductrice : Denise Van Moppès
Editeur : Le livre de Poche - Parution : 2007
ISBN : 9782253006732 - Prix : 6 €


A propos de l'auteur

Dame Daphne du Maurier (parfois francisé en Daphné) est une romancière britannique, née le 13 mai 1907 à Londres, décédée le 19 avril 1989 à Par en Cornouailles. Elle est la fille de l'acteur Gerald du Maurier et la petite-fille de l'écrivain et dessinateur George du Maurier, ami de Henry James et auteur notamment de Trilby. Elle publie son premier roman, The Loving Spirit (La Chaîne d'amour), en 1931 et épouse l'année suivante le général de division Frederick Browning. Trois de ses romans ou nouvelles furent portés à l'écran par Alfred Hitchcock, L'Auberge de la Jamaïque (1936) en 1939, Rebecca (1938) 1940, et Les oiseaux (1952) en 1963.


Résumé

Dans la magnifique résidence de Maxime de Winter, sa nouvelle épousée, jeune fille timide, vient d'arriver. Mais ici, règne encore le souvenir vivace de Rebecca, première épouse de Maxim, morte noyée...


Ressenti

Admettons-le, sans la collège de boulot qui m'a offert ce livre lors de mon départ, je n'aurais probablement jamais lu ce roman, les aventures domestiques d'une jeune fille au début du XXème siècle ne me passionnant pas.

Pourtant, ce roman est bien plus que ça. Nous suivons la narratrice, dont nous ne saurons jamais le prénom, qui vient de rencontrer et d'épouser Maxim de Winter. Cette narratrice est jeune, peu sûre d'elle, timide, et n'est pas préparée à faire face à une maisonnée, d'autant plus lorsqu'il s'y trouve encore le fantôme de Rebecca, épouse exemplaire à première vue.

Très vite, on se retrouve plongé dans une ambiance angoissante, où on ne peut que se questionner en sentant le secret qui couvre, et on poursuit ce roman en atterrissant dans une sorte d'enquête pour comprendre.

Avec un style très fluide, l'auteur arrive très bien à immerger le lecteur dans son atmosphère, et croyez-moi, difficile de s'en détacher avant de connaître le fin mot de l'histoire...


7 nov. 2011

Saba, l'ange de la Mort, de Moira Young


Auteur : Moira Young - Traductrice : Laëtitia Devaux
Editeur : Gallimard Jeunesse - Parution : Septembre 2011
ISBN : 9782070696697 - Prix : 16 €


A propos de l'auteur

Moira Young a été comédienne, cantatrice, danseuse (elle s’est produite devant la famille royale anglaise) et même enseignante, avant de réaliser son rêve : devenir écrivain. Saba Silverlake est son premier roman. Née au Canada, Moira Young vit désormais en Angleterre, à Bath.


Quatrième de couverture

Au coeur d'un univers futuriste dévasté, la quête haletante d'une héroïne exceptionnelle. Écoutez le récit de Saba, jeune fille farouche et attachante, qui va découvrir, lors de sa longue épopée, que le plus difficile n'est pas de se battre, mais de faire confiance... Le premier tome d'une trilogie redoutable.


Ressenti

On démarre dès le début de notre histoire dans un univers sombre, avec un père dépressif, une héroïne qui n'aime pas sa petite soeur, et un frère, qui semble être l'unique rayon de soleil du coin. La situation ne s'arrange pas, puisque le père est tué, et le frère kidnappé. Et voilà donc nos deux personnages principaux, Saba et sa soeur, parties pour tenter de sauver leur frère.

Les relations entre soeurs sont tendues, et c'est même un des grands sujets du livre, puisqu'à première vue, ces deux-là ne s'aiment pas, ou plus précisément, Saba rejette sa jeune soeur, qui est considérée comme une incapable à cause de sa jeunesse.

L'intrigue est somme toute assez banale, puisque ce sera ni plus ni moins une quête pour retrouver le disparu. Cependant, le roman est assez violant, puisqu'une grande partie du récit se passe dans des arènes où ont lieu des combats, et rien n'est épargné.

Oui, le tableau peint jusqu'ici n'est pas bien glorieux. Pourtant, l'auteur est parvenue à ne pas nous mettre face à une Mary-Sue en puissance, mais à un personnage humain, qui évolue au fil du roman, et la faiblesse de l'intrigue peut être prise comme une volonté de laisser l'univers se mettre en place. Le bémol sera toutefois la violence parfois extrême du livre, qui s'adresse tout de même à la base à des adolescents voire des préadolescents.


30 oct. 2011

La horde du Contrevent, d'Alain Damasio


Auteur : Alain Damasio - Illustrateur : Boris Joly-Erard
Editeur : Gallimard (La Volte 1ère ed) - Parution : 2007
ISBN : 9782070342266 - Prix : 9 €


A propos de l'auteur

Alain Damasio a écrit de nombreuses nouvelles. Son premier texte long est La Zone du dehors, roman d’anticipation qui s’intéresse aux sociétés de contrôle sous le modèle démocratique (inspiré des travaux de Michel Foucault et Gilles Deleuze).
Son second livre est récompensé par le Grand Prix de l'Imaginaire 2006 dans la catégorie Roman. Il s'agit de La Horde du Contrevent (roman accompagné d'une bande-son composée par Arno Alyvan), véritable succès public qui s'est vendu à plus de 50 000 exemplaires.
En 2008, il pose sa voix sur Bora2, un morceau de musique de Rone. En 2009, il écrit La Rage du sage (essai politique et poétique sur notre époque) pour le single gratuit Memento mori du groupe SLIVER.


Résumé

Dans un monde futuriste, nous suivons un groupe d'aventuriers qui tente d'avancer, malgré les obstacles qui se présentent sur leur route, et malgré le vent.


Ressenti

Pour commencer, ne faites pas comme moi, et ne pensez pas que le précieux marque-page fourni avec le livre ne sert qu'à marquer la page. Vous verrez, c'est super utile pour la suite.

On démarre directement ce roman, on entre dans une scène où notre petite troupe dont on ne sait rien s'apprête à lutter contre une forme terrifiante du vent, le furvent. Pas le temps de tenter de comprendre dans quel monde l'auteur nous a plongé, de comprendre qui est qui parmi les personnages. Cette façon est à la fois perturbante, puisqu'elle oblige le lecteur à partir directement en terres inconnues, mais elle nous happe également, nous oblige à suivre l'histoire pour savoir qu'est ce qui se passe, connaitre un peu la situation.

Tout le roman sera ainsi, parcouru d'ellipses temporelles, chaque personnage écrit sans qu'il y a ait d'ordre précis, et même si cela peut être difficile à suivre, ça n'en rend pas moins le roman plus vivant à mes yeux.

On est touchés par ces personnages, tous différents, tentant tous de survivre comme ils le peuvent, dans cette petite équipe partie pour un voyage sans retour. Un très beau roman de science-fiction.


21 oct. 2011

Tout, tout de suite, de Morgan Sportès


Auteur : Morgan Sportès
Editeur : Fayard - Parution : Septembre 2011
ISBN : 9782213634340 - Prix : 20.90 €


A propos de l'auteur

Morgan Sportès est né en 1947 à Alger.
Ses livres sont traduits en de nombreuses langues (espagnol, italien, portugais, grec, japonais, thaï, allemand, russe, polonais, chinois…). L'Appât a également été porté à l’écran par Bertrand Tavernier.


Résumé

2006. En banlieue parisienne, une bande enlève un jeune homme, et demande une rançon énorme. Ils vont le garder prisonnier pendant plus de 20 jours, le torturer, et finalement, le tuer. Morgan Sportès tente ici de reconstituer ce qui s'est passé, basé sur des faits réels, l'affaire du Gang des Barbares.


Ressenti

C'était un ouvrage assez attendu, à cause de l'affaire qu'il le traite, et qui rend ce livre assez difficile à lire. En effet, on ne peut que garder à l'esprit pendant la lecture, que même si l'auteur présente ça comme de la fiction, les faits ont tout de même eu lieu, et il n'est pas évident de différencier ce qui s'est réellement passé de la fiction.

De l'autre côté, on appréciera beaucoup le côté documentaire, très froid, qui ne s'implique pas ou peu dans l'émotionnel des personnages, et qui nous permet peut-être d'avoir moins conscience de l'horreur et de ce qui se produit.

Ce n'est pas un livre que je conseillerais, mais on peut tout de même apprécier le style de l'auteur, et sa prouesse d'être parvenu avec les faits tels qu'on les connait, à un roman qui reste lisible.


Solution terminale, d'Anne Maro



Auteur : Anne Maro
Editeur : Champ Vallon - Parution : Septembre 2011
ISBN : 9782876735514 - Prix : 17 €


A propos de l'auteur

Anne Moro vit entre le Vercors et la Chartreuse. Solution terminale est son premier roman.


Quatrième de couverture

Pendant que le grand portail claque, il s'entend dire cette phrase étrange, pour la première fois de sa vie : "Je crois que je le hais".
"Je le hais, je le hais, je le hais" remplace peu à peu ce lancinant "Je suis en retard". Il n'a pas le temps de s'en étonner. Son esprit n'existe pas. A ce moment même, il n'est qu'un être fonctionnel au service d'un maître qui n'accepte aucun retard. Devant l'ascenseur, il glisse sur le sol fraîchement lavé, se rétablit et lit pour la millième fois, machinalement, l'écriteau : "Interdit aux moins de 70 ans".

Ressenti

Nous sommes dans une société où les "vieux" ont pris le pouvoir. Ils sont révérés par-dessus, et les jeunes sont devenus leurs esclaves, devant les servir sans l'ombre d'une hésitation, sous peine de terribles sentences.

Vous êtes face à un premier roman futuriste, où un jeune, qui est censé être le futur de l'humanité, est devenu un moins que rien, un serviteur, un simple "utilitaire", comme ils sont désignés durant tout le roman.

La forme est assez étrange, puisque c'est sous forme de rapports que font les Vieux, ou d'écrits des jeunes, ou encore de rapports administratifs. Il n'y a pas de prénoms, seulement des numéros, et si ça donne une certaine originalité, cela rend aussi la compréhension du texte assez difficile par moments.

Anne Maro nous décrit cette société où vivre vieux est devenu aussi important, et j'ai aimé personnellement la réflexion que ça peut nous pousser à avoir. Pourquoi prolonger autant la vie ? Pourquoi privilégier ceux qui vont s'éteindre sous peu envers et contre tout ? C'est aussi l'histoire d'une révolution, et deux "utilitaires", habitués à se considérer comme tels, qui vont devoir apprendre qu'ils ne sont pas que cela, mais aussi, des êtres humains.


18 oct. 2011

Il faut qu'on parle de Kevin, de Lionel Shriver (livre et film)


Auteur : Lionel Shriver - Traductrice : Françoise Cartano
Editeur : Belfond - Parution : 2006
ISBN : 9782290003237 - Prix : 8.40 €

Réalisatrice : Lynne Ramsay
Acteurs :
Eva : Tilda Swinton - Kevin : Ezra Miller (adolescent) et Jasper Newel (5-8 ans)
Franklin : John C. Reilly - Celia : Ashley Gerasimovitch


A propos de l'auteur

Lionel Shriver est née en 1957, et diplômée de Columbia. Il faut qu'on parle de Kevin est son septième roman, et a obtenu le prix Orange Prize 2005.


Résumé

A la veille de ses seize ans, Kevin tue neuf personnes de sang-froid dans son lycée. Sa mère revient sur ce drame et tente de comprendre.


Ressenti

Livre

La première chose à savoir, est que nous sommes dans un roman épistolaire, où chaque lettre, écrite par Eva, la mère de Kevin, est adressée à son mari, Franklin. Lentement, elle va retracer l'histoire de son fils, tenter de comprendre ce qui s'est passé, le pourquoi d'un tel acte.

On appréciera une écriture fluide et poignarde, qui nous laisse bien voir le désarroi de cette mère, face à un enfant qui la rejette de tout son être dès sa naissance, sa culpabilité de ne pas savoir pourquoi.

Mais le plus intéressant pour moi, c'est cependant la réflexion qui est menée sur la maternité. Attention, spoilers à partir d'ici.

Spoiler : :
Est-ce que ne pas avoir désiré suffisamment un enfant fait de lui un monstre en puissance ? Est-ce que ça fait de nous un monstre ? Sommes-nous coupable face à un lien affectif qui refuse désespérément de se nouer? Que se passe-t'il en l'être humain lorsqu'on comprend que notre enfant, celui qu'on a porté, aimé, et élevé,nous déteste du plus profond de son être ?



Film


Une chose est sûre, le début de ce film est très étrange, et réussit parfaitement son coup, à savoir mettre le spectateur mal à l'aise pour la suite, en lançant une ambiance rouge sang qui subsiste durant tout le film.

Ce qui m'a déçu, car malheureusement tout n'est pas parfait, c'est très simplement que toute la partie de réflexion est simplement effleurée ici. C'est aussi parfaitement compréhensible, puisque le roman est lui-même introspectif, et il me semble que c'est assez difficile en conséquence à retranscrire sur un écran. Cependant, la structure du film est un peu particulière, et pas toujours évidente.

Ce que j'ai adoré, la performance des acteurs. Tilda Swinton, qui joue la mère de Kevin, Eva, exprime merveilleusement cette terreur, cette angoisse, et tout simplement cette sensation terrible d'être perdue et désespérée, lâchée dans quelque chose sur lequel on a aucune prise. Ensuite, nous avons Jasper Newel, le Kevin de 6 à 8 ans. Je crois que je n'oublierais pas de sitôt cet air de mépris absolu qu'il prend lorsqu'Eva tente de lui apprendre les chiffres. Enfin, il faut aussi citer Ezra Miller, Kevin adolescent, qui glace le sang également.


Pour finir, vous l'aurez compris (ou pas), le roman a tout de même eu ma préférence, la faute à un approfondissement des sujets traités. Le film reste marquant, mais moins que le livre pour moi. A noter qu'il est sans doute plus intéressant de voir le film, avant de lire l'ouvrage, et de ne pas faire l'inverse comme moi.

10 oct. 2011

Princess Bride, de William Goldman



Auteur : William Goldman - Traducteur : Ange
Editeur : Milady - Parution : Novembre 2009
ISBN : 9782811202095 - Prix : 8 €


A propos de l'auteur

William Goldman, écrivain et scénariste depuis plus de quarante ans, a remporté deux Oscar et trois récompenses pour l'ensemble de sa carrière.
Princess Bride est son chef-d'oeuvre, un roman unique en son genre et un classique dans le monde entier.


Quatrième de couverture

Il était une fois la plus belle des aventures, auréolée par le grand amour, le seul, le vrai.
Le conte intemporel de S. Morgenstern -redécouvert et merveilleusement abrégé par Wiam Goldman - est peuplé de personnages aussi inoubliable que Westley, le beau valet de ferme qui risque sa vie pour la femme qu'il aime ; Inigo Montoya, le fabuleux bretteur qui ne vit que pour venger la mort de son père ; Fezzik, le plus doux et le plus fort des colosses... et bien sûr, Bouton d'or : la princesse, la fiancée, la femme idéale, la plus belle de toute l'histoire du monde.


Ressenti

Soyons clairs et précis, si on ne m'avait pas mis ce livre entre les mains, je n'aurais probablement pas lu. Parce que Milady, c'est assez souvent de la bit-lit, et que la bit-lit, j'ai tenté et pas aimé, ou très peu. Je remercierai une bonne âme en la personne de Sab quisereconnaîtra, pour m'avoir dit que c'était génial et que si si, ça allait me plaire. Et comme la demoiselle connaît mes goûts en lecture....

Cette édition commence par deux préfaces de l'auteur pour le prix d'une, ce qui est plutôt pour connaître l''histoire de ce roman, qui a failli ne pas voir le jour. Ensuite, on rentre dans le vif du sujet, à savoir une histoire d'amour pas comme les autres entre la plus belle femme du monde, Bouton d'or, et son amoureux.

Une des choses à savoir en premier lieu, c'est que notre ami l'auteur ne se gêne pas pour commenter et couper l'oeuvre originale, ce qui peut parfois être très surprenant et un peu gênant, étant donné que ses interventions sont un peu longues par moment, mais restent intéressantes.

Et surtout, c'est une histoire drôle, et touchante, qui ne se centre pas loin de là sur nos deux personnages principaux, mais aussi sur les autres, sur leurs histoires. Difficile de ne pas être touchée par leurs difficultés ! Dans tous les cas, les éléments pour se distraire et mourir de rire sont tout à fait là !


2 oct. 2011

La petite, de Michèle Halberstadt



Auteur : Michèle Halberstadt
Editeur : Albin Michel - Parution : Septembre 2011
ISBN : 9782226229717 - Prix : 12.90 €


A propos de l'auteur

Michèle Halberstadt est productrice de cinéma. "La petite" est son troisième roman publié chez Albin Michel.


Quatrième de couverture

"J'ai douze ans ce soir et je serais morte."

Méfiez -vous des enfants sages...


Ressenti

Un roman qui traite du suicide, ça n'est pas très courant, mais pas rare non plus. Un roman qui traite du suicide chez les pré-adolescents, c'est déjà un peu plus rare. Et un roman qui en parle bien, c'est encore plus dur à trouver.

Pourtant, c'est bien le sujet traité ici, par la voix d'une enfant de douze ans. On s'en doute, ça n'est pas quelque chose de facile à lire ou à écrire, cependant, c'est très bien fait ici. On découvre une petite fille, qui, à la mort de son grand-père, a cessé de faire confiance aux adultes. Une enfant qui pense que ses parents ne lui font pas confiance, puisqu'ils refusent de partager leur peine avec elle. Une pré-adolescente sage et une enfant sage aux yeux du monde, qui va pourtant choisir délibérément de mettre fin à ses jours.

Il n'est jamais trop tard pour se souvenir que les enfants comprennent bien des choses, et ce roman est merveilleux à lire, offre un autre regard sur l'enfance, ainsi qu'une lueur d'espoir.


29 sept. 2011

Jeux d'ombre 1, de Christine Feehan


Auteur : Christine Feehan - Traducteur : Frédéric Grut
Editeur : Milady - Parution : Septembre 2011
ISBN : 9782811205744 - Prix : 8€


A propos de l'auteur

Christine Feehan confesse écrire depuis toujours.
Plus jeune, elle forçait ses dix soeurs à lire tout ce qu'elle créait. Désormais, ce sont ses filles qui relisent ses manuscrits ! Elle vit dans la belle région montagneuse de Lake County, en Californie, avec son mari et ses onze enfants. Elle adore la randonnée, le camping, le rafting et la vie en plein air. Elle pratique les arts martiaux depuis plusieurs années et a même été professeur de self-defense.



Quatrième de couverture

Lily a mis au point une expérience conçue pour amplifier les capacités psychiques d'une unité d'élite.
Mais quelque chose a mal tourné : les hommes meurent un par un, victimes d'étranges accidents. Le capitaine Ryland Miller sait qu'il est le prochain. Désormais, il ne peut avoir confiance qu'en une seule personne : Lily. Possédant un sixième sens surnaturel, la jeune femme partage toutes les peurs du capitaine, ses soupçons et les moindres battements passionnés de son coeur... Ensemble, ils découvriront un terrible secret qu'une personne cherche à enterrer, quel que soit le prix à payer.


Ressenti

Vous me direz certainement, quelle idée saugrenue ai-je eu d'aller mettre mon nez dans ce qui est classé comme bit-lit alors qu'en grande majorité je n'aime pas ce genre ? Et bien, ma foi, la quatrième paraissait exempte de loup-garous/vampires/assimilés, et le côté psychologique et surnaturel me plaisait bien. Erreur fatale.

Commençons par les personnages. Lily, scientifique pourvue de dons psychiques, génie et le sachant, mais aussi un peu enfermée dans son monde. Ryland, militaire sur lequel on a fait des expériences psychiques, homme d'expérience. En gros, nous avons donc deux opposés sur les bras. Opposés qui vont pourtant tomber sous le coup de l'amuuur foudroyant dès le début du roman.

A côté, nous avons l'équipe Ghostwalkers, intéressante et pourvue de personnages variés, mais qui n'apparaissent pas ou peu dans la première partie. Il y a aussi les "domestiques" de Lily, comme la cuisinière Rosa, qui se comporte comme une véritable mère.

Jusque-là me direz-vous, rien d'insurmontable. L'insurmontable arrive très vite avec un côté incroyablement machiste du capitaine Ryland, qui est d'ailleurs sûr et certain que sa sauveuse Lily ne peut que lui succomber, ce qu'elle fera par la suite.

Le second élément insurmontable et réellement gênant à mes yeux est la surprésence de scènes de sexe. Soyons clair et précis, une scène semblable dans un roman ne m'a jamais dérangée, mais au bout d'un moment, l'impression tenace est d'être en train de lire un roman pornographique et non un roman de fantastique. Quelle est l'utilité d'avoir des scènes de sexe détaillées et longues d'une dizaine de pages en moyenne, et ce un nombre incalculable de fois dans le roman ? A priori, le concept d'ellipses pour ces moments-là est inconnu à l'auteur, ce qui est bien dommage.

Dommage pourquoi ? Parce que l'intrigue de base est pourtant intéressante, elle progresse assez lentement interrompue en permanence. Et pourtant, je ne lirais pas le second tome déjà sorti en France, la quatrième de couverture me fait craindre une nouvelle romance sexuée insupportable pour moi.

Une chose est sûre, c'est la dernière fois que je me laisse tenter par un truc classé en bit-lit même si ça n'y ressemble pas tant que ça.


15 sept. 2011

Ru, de Kim Thuy



Auteur : Kim Thuy
Editeur : Liana Levi - Parution : Septembre 2011
ISBN : 9782867465772 - Prix : 7 €


A propos de l'auteur

Kim Thuy a quitté le Vietnam avec d'autres boat people à l'âge de dix ans pour rejoindre le Québec où elle vit depuis plus de trente ans. Ru, son premier roman, a obtenu le Grand Prix RTL-Lire 2010 et connaît un succès international avec des traductions dans dix-sept pays.


Quatrième de couverture

Une femme voyage à travers le désordre des souvenirs : l'enfance dans sa cage d'or à Saigon, l'arrivée du communisme dans le Sud-Vietnam apeuré, la fuite dans le ventre d'un bateau au large du golfe de Siam, l'internement dans un camp de réfugiés en Malaisie, les premiers frissons dans le froid du Québec.


Ressenti

Avouons-le, un roman vietnamien qui a reçu un prix en France, ça n'est pas extrêmement courant, et suffisant pour me faire envie.

C'est un livre très court, mais suffisant cependant pour évoquer la vie de la jeune vietnamienne que nous croisons, son enfance, la montée du communisme, puis la fuite. Il est intéressant d'en apprendre un peu plus sur cette période de l'histoire, sur ce qui s'est passé là bas, et comment on put s'en sortir les habitants.

Il y a de la peine aussi, à lire un récit de l'exil, puis, d'une intégration dans un nouveau pays, où, même si tout est mis en oeuvre pour aider, il y a des différences culturelles. Un petit défaut, le fait que ce roman soit très déstructuré, puisqu'on change d'époque et de pays sans transition. Cependant, ça reste un ouvrage très sympathique à découvrir.

Mordre le bouclier, de Justine Niogret



Auteur : Justine Niogret - Illustrateur : Johann Bodin
Editeur : Mnémos - Parution : Mai 2011
ISBN : 9782354081171 - Prix : 18 €
A propos de l'auteur

Justine Niogret a tout juste trente ans et vit en Bretagne, à deux pas de la forêt de Brocéliande. Amoureuse de la fantasy et du Moyen-Age, elle approfondit ses connaissances romanesques et théoriques en pratiquant la forge et l’équitation. Chien du Heaume est son premier roman.


Quatrième de couverture

Castel de Broe. Six mois ont passé depuis la mort de Noalle et Chien du heaume, anéantie par la perte de ses doigts, s'abîme dans la contemplation de sa griffe de fer, cadeau de Regehir le forgeron. Bréhyr entend lui redonner vie et l'entraîne sur les routes à la recherche du dernier homme qu'elle doit tuer: Herôon. Parti en Terre sainte, celui-ci reviendra par le Tor, une tour mythique où le monde des vivants s'ouvre à celui des morts.


Ressenti

Ce roman est la suite directe de "Chien du Heaume", lu à sa sortie l'an dernier. On y retrouve Chien, qui a du mal à se remettre de la perte de sa main, mais ça n'est pas vraiment le personnage central de l'histoire, qui est plus à mon sens ici Bréhyr, guerrière âgée, arrachée à sa famille qui fut tuée lorsqu'elle était toute petite.

Ce fut un plaisir de retrouver la plume acérée de l'auteur, et aussi Chien, mais l'intrigue ici du roman est assez légère. Il s'agit de retrouver le dernier des hommes qui ont enlevé Bréhyr enfant, et ainsi de terminer sa quête, et ce sera également l'occasion pour Chien de reprendre sa quête d'identité.

L'élément très présent dans ce roman, c'est la colère. Celle de Chien qui a perdu sa main, cette rage qui la dévore et manque de causer sa perte, celle de Bréhyr également, bien plus froide, et plus terrifiante à mes yeux par son manque d'humanité.
Mais ce n'est pas tout, puisque nous avons de quoi réfléchir, avec l'attitude de Chien, si animale, avec les rencontres que les deux femmes feront, notamment celle d'un croisé qui n'a plus la foi, et la quête de Chien.

Ce deuxième tome, très court, fut un plaisir à parcourir, et offre à mon sens plus de réflexion que le précédent, étant moins centré sur l'intrigue. Lecture commune avec Lhisbei, Lorkan, Endea, et Efelle.

4 sept. 2011

La trilogie du Souffle tomes 2 et 3, de Fiona McIntosh



Auteur : Fiona McIntosh - Traducteur : Fréderic Le Berre - Illustrateur : Sarry Long
Editeur : Milady - Parution : Avril et Octobre 2010
ISBN : 9782811202965 (t2) 9782811204211 (t3) - Prix : 8€ (t2) 9€ (t3)


A propos de l'auteur

Fiona Mclntosh a grandi et fait ses études à Brighton en Angleterre, avant de travailler à Londres dans les relations publiques et le marketing.
Lors d'un tour du monde, elle a découvert l'Australie où elle a décidé de s'installer. Elle a depuis mené carrière dans le tourisme, parcouru la planète (à la recherche du meilleur chocolat chaud... titre qu'elle accorde actuellement à celui du George V à Paris) et vit à Adélaïde avec son mari et ses deux enfants. Sa trilogie de Fantasy a immédiatement obtenu un succès international.


Résumé

L'histoire de Wyl Thirsk continue, après la fin surprenante du tome 1....


Ressenti

Et oui, pour une fois, vous aurez deux livres en un article, la faute à moi, qui ait enchaîné les deux tomes à la suite.

Souvenez, j'étais sortie du premier tome avec une impression bien positive, originalité, tout ça, et j'attendais avec une certaine anxiété de lire la suite, étant donné que les trilogies/séries, il n'est pas rare qu'un tome soit un peu plus faible qu'un autre. Mais ici les craintes ont été bien inutiles, avouons-le !

Nous avons quitté notre général dans une situation assez complexe, et il est plutôt de voir comment il va devoir tenter de s'en sortir, et d'arranger les choses. Le second tome est assez axé sur un futur mariage, et on découvre un peu plus la reine Valentynia, un beau personnage de nouvelle reine dans un royaume assez faible, qui s'en sort bien, mais difficile personnellement de m'y attacher, allez savoir pourquoi.

Dans le dernier tome, tout est lancé, c'est l'heure des grandes révélations, certains personnages prennent une grande importance, et il est très difficile de ne pas, par exemple, être ému par le sort de certains. Oui, je sais, c'est très vague, mais il est relativement difficile de parler de cette trilogie sans faire de spoilers.

Je terminerai donc en disant ceci : c'est très original, inattendu, et très prenant.

30 août 2011

Origine, de Diana Abu-Jaber



Auteur : Diana Abu-Jaber - Traducteur : Edith Ochs
Editeur : Points - Parution : Mars 2011
ISBN : 9782757821114 - Prix : 8 €


A propos de l'auteur

Après une enfance passée entre les États-Unis et la Jordanie, Diana Abu-Jaber, née en 1960, est aujourd'hui professeur à l'université de Portland. Origine est son troisième roman, et le premier publié en France.


Quatrième de couverture

Lena est experte en empreintes digitales pour la police de Syracuse, dans l’État de New York. Elle a fait des cas de violence sur des enfants sa spécialité, elle, l’orpheline trouvée à l'âge de deux ans et ignorant tout de ses origines. Sa rencontre avec Erin Cogan, une mère qui refuse de croire la version officielle selon laquelle son bébé est décédé de mort subite, l’introduit dans une sombre et périlleuse enquête, à la découverte de son propre passé.


Ressenti

Même si ça fait des années que les polars ont disparu ou presque de ma bibliothèque, il fut un temps où j'étais fan des thrillers médicaux, et un roman policier ayant pour héroïne une laborantine ne pouvait donc à priori que me plaire.

Et pour le coup, ce ne fut pas une déception. Le personnage de Lena est assez étrange, on apprend très vite les circonstances malheureuses de son enfance, et on a bientôt un personnage attachant, d'une trentaine d'années, que la vie n'a pas gâtée, mais qui semble pourtant s'en sortir tant bien que mal.

Jusqu'au jour où elle est forcée de travailler sur une enquête d'apparence anodine, des cas de morts subites du nourrisson, et où un besoin de retrouver son passé resurgit. On a là non seulement une enquête sur ces morts d'enfants, mais surtout une quête sans merci pour comprendre et voir enfin apparaître son passé, connaître ses origines.

L'auteur nous trimballe de surprise en surprise, et c'est un vrai délice à dévorer qu'on trouvera là !

26 août 2011

Sous le règne de Bone, de Russel Banks



Auteur : Russel Banks - Traducteur : Pierre Furlan
Editeur : Actes Sud - Parution : 2005
ISBN : 9782742708581 - Prix : 9.50 €


A propos de l'auteur

Né en 1940, Russell Banks, sans conteste l'un des écrivains majeurs de sa génération, est président du Parlement inter-national des écrivains et membre de la prestigieuse American Academy of Arts and Letters. Son oeuvre, traduite dans une vingtaine de langues et publiée en France par Actes Sud, a obtenu de nombreuses distinctions internationales. Il vit dans l'Etat de New York.


Quatrième de couverture

"Mon existence est devenue intéressante, disons, l'été de mes quatorze ans.
J'étais à fond dans la fumette et comme j'avais pas d'argent pour m'acheter de l'herbe je me suis mis à fouiner tout le temps dans la maison pour dénicher des trucs à vendre - mais il n'y avait pas grand-chose." C'est alors que Bone, avec sa crête, son nez percé et le tatouage fondateur de son identité - des os en croix - prend la route, et que le roman se déploie au fil de ses aventures et de ses rencontres avec tout ce que l'Amérique puis la Jamaïque comptent de marginaux, d'aventuriers et de sages.


Ressenti

Nous sommes en Amérique, et nous suivons Bone, 14 ans, fumeur d'herbe, adolescent en rebellion. En effet, notre jeune ami a une crête, un nez percé, et un tatouage représentant une croix d'ossements, rien que ça.

Et pourtant, malgré ce personnage assez particulier, on ne tombe pas dans le cliché de l'adolescent mal dans sa peau. On a un adolescent qui aime sa mère mais ne la supporte plus, qui n'aime pas son beau-père, qui fait des conneries, qui se drogue, et qui cherche une solution pour payer sa drogue. Et qui va partir pour un road-movie.

J'aime beaucoup cette image d'adolescent perturbé, qui sait qu'il fait des conneries, ou pas toujours, ça nous change un peu du personnage d'adolescent habituel, et ça n'est pas plus mal. Bone sera amené à rencontrer une foule de personnages, du drogué complet à l'homophobe en passant par les gens un plus normaux et un pédophile.

Il va aussi être amené à rechercher le « zen », et à apprendre une toute autre philosophie de la vie, très différente de ce qu'il connaît, et aussi découvrir son vrai père, et ce qu'il est.

J'ai adoré ce personnage déjanté qu'on découvre peu à peu, tout comme l'écriture très belle de Russel Banks qui ne mâche pas ses mots, mais qui nous emporte, nous faisant réfléchir, et découvrir les secrets de ses personnages. A lire sans l'ombre d'un doute.

23 août 2011

Docteur à tuer, de Josh Bazell



Auteur : Josh Bazell - Traducteur : Denyse Beaulieu
Editeur : Le livre de poche - Parution : mai 2011
ISBN : 9782253158332 - Prix : 6.50 €


A propos de l'auteur

Josh Bazell est un auteur américain.
Après des études littéraires à l’université de Brown, il a suivi des études de médecine à l’université de Columbia. Docteur à tuer, son premier roman, a été sélectionné par Time Magazine comme l’un des meilleurs romans de 2009.


Résumé

Peter Brown est interne dans un horrible hôpital de Manhattan. Eddy Squillante, son nouveau patient, mourant, découvre qui il est réellement, et une course contre la montre s'engage pour garder le secret....


Ressenti

Le résumé était pourtant attrayant. Le personnage de Peter aussi, d'autant plus que j'ai adoré les polars du milieu médical plus jeune. Et pourtant. Il fut difficile pour moi d'accrocher à ce livre.

L'auteur semble avoir voulu nous présenter ici son personnage et sa vie antérieure d'ex-tueur à gages, ce qui n'est pas une mauvaise chose et qui paraît intéressant, sauf qu'au final, l'impression a été que tout le livre ne servait qu'à cela, et c'est dommage. Ou du moins, c'est le genre de procédés qui est intéressant lorsqu'une série de romans sur le personnage principal débute (ce qui n'est pas le cas ici), ou quand il fait partie d'une longue série, et qu'il s'agit simplement d'un épisode flashback.

C'est dommage, parce que du coup, ce qui est tant vanté sur la quatrième, on ne le découvre pas vraiment, et on se contente plutôt d'explorer le passé de Peter. Un petit polar qui se laisse lire malgré tout, mais pas prenant comme on les aime.

19 août 2011

Le liseur, de Bernard Schlink



Auteur : Bernard Schlink
Editeur : Gallimard - Parution : 1999
ISBN : 9782070404582 - Prix : 6.20 €


A propos de l'auteur

Bernhard Schlink grandit à Heidelberg dans une famille allemande protestante. Il étudie le droit à Heidelberg et à Berlin, et exerce comme professeur à Bonn et à Francfort. Depuis 1992, il est professeur de droit public et de philosophie du droit à l’Université Humboldt de Berlin. En 1987, il est également devenu juge au tribunal constitutionnel du Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie. Il a débuté sa carrière comme écrivain par plusieurs romans policiers, dont le premier, Brouillard sur Mannheim, est écrit en collaboration avec Walter Popp. En 1995 il publie Der Vorleser (Le Lecteur, publié en France en 1996 sous le titre malencontreux Le Liseur), un roman partiellement autobiographique. En 1997 il a obtenu le prix Hans Fallada, une récompense littéraire allemande, et le prix Laure Bataillon, prix décerné à des œuvres traduites en français. En 1999 il a reçu le prix de littérature du journal Die Welt.


Résumé

Michaël, adolescent de quinze ans, fait la connaissance d'Hannah Schmitz, jeune femme de trente-cinq ans. Ils vont vivre une passion amoureuse quelques temps la disparition subite d'Hannah. Michaël la reverra bien des années plus tard, lors d'un procès.


Ressenti

Ce livre est un classique très connu, et les classiques et moi, on est pas toujours copains. Fort heureusement, mes appréhensions quand à ce livre se sont envolées dès les premières lignes, face à l'écriture très fluide.

Parlons un peu de l'histoire. Ceux qui me suivent régulièrement doivent commencer à le savoir, les histoires amoureuses, c'est pas trop mon truc dans les romans, mais celle-ci est suffisamment particulière pour être intéressante, puisqu'à vrai, la difficulté pour moi a été de comprendre comment notre jeune Mickaël peut rester avec cette femme si étrange. J'ai aimé ses actes gratuits de lecture, et cet amour qu'il ressent pour Hannah.

Dans la deuxième partie du livre, on retrouve Mickaël plus vieux, lors d'un procès de femmes, où Hannah est à la barre des accusées. Il va redécouvrir son ancienne amante, et comprendre enfin ce qu'elle cache. L'ancienne vision qu'il a d'elle doit être modifiée, puisqu'on accuse Hannah d'avoir été gardienne dans un camp de concentration, et d'avoir commis des actes horribles. Comment faire coïncider cette image d'elle, qui ne se défend pas lors du procès, et celle de la femme aimée adolescent ?

Cette lecture a été un réel plaisir, et la dernière partie, dont je ne parlerais pas ici pour ne rien révéler, est très émouvante à mes yeux. A lire sans hésiter !

Deux soeurs pour un roi, de Philippa Gregory



Auteur : Philippa Gregory - Traducteur : Céline Véron Voetelink
Editeur : Archipel - Parution : 2009
ISBN : 9782352871194 - Prix : 9.50 €


A propos de l'auteur

Philippa Gregory, née le 9 janvier 1954, est un écrivain britannique associée au genre de la fiction historique.


Résumé

Nous suivrons ici le destin des soeurs Boleyn, l'une maîtresse, et l'autre épouse d'Henri VIII d'Angleterre.


Ressenti

Certains connaissent déjà mon amour concernant cette période. En effet, il a été un grand plaisir pour moi de me faire la série "The Tudors", ainsi que le film adapté de ce roman "Deux soeurs pour un roi". Dans la série, Mary Boleyn n'est tout simplement pas abordée ou presque, dans le film, elle fait partie de l'intrigue principale.

Ici, il est tout simplement impossible d'ignorer la présence de Mary, puisque c'est elle qui raconte l'histoire. Et dans ce roman, on a une vision bien plus politique de tout ça, à commencer par la réticence de Mary (déjà mariée) à être la favorite du roi. Mais le plus intéressant pour moi dans ce roman, c'est tout de même la partie sur Anne, qui est vue dès le début comme assez manipulatrice, et déterminée.

Anne Boleyn est en effet en concurrence avec Mary pour avoir l'attention du roi, cette dernière luttant avec difficulté après sa grossesse. En effet, Mary le dit dans l'ouvrage, la vie de cour ne l'intéresse plus, et sa préférence va pour être avec ses enfants.

La partie qui me passionne le plus commence là, puisque nous voyons Anne se battre littéralement pour le roi, pour garder son attention, et ce pendant 7 ans. Il est difficile personnellement de ne pas admirer le courage de cette femme, poussée par sa famille, pour devenir reine d'Angleterre, et qui s'épuise à garder le roi pour elle.

L'écriture de Philippa Gregory est agréable, et il est sympathique de voir le point un peu différent de Mary Boleyn abordé pour une fois, ce qui nous permet de voir l'histoire tragique des deux soeurs d'une façon un peu plus politique.

16 août 2011

L'enchanteur, de René Barjavel



Auteur : René Barjavel
Editeur : Gallimard - Parution : 2006
ISBN : 9782070378418 - Prix : 7.80 €


A propos de l'auteur

René Barjavel, né le 24 janvier 1911 à Nyons (Drôme) et mort le 24 novembre 1985 à Paris, est un écrivain et journaliste français principalement connu pour ses romans d'anticipation. Certains thèmes y reviennent fréquemment : chute de la civilisation causée par les excès de la science et la folie de la guerre, caractère éternel et indestructible de l'amour (Ravage, Le Grand Secret, La Nuit des temps, Une rose au paradis). Son écriture se veut poétique, onirique et, parfois, philosophique. Il a aussi abordé dans de remarquables essais l'interrogation empirique et poétique sur l'existence de Dieu (notamment, La Faim du tigre), et le sens de l'action de l'homme sur la Nature. Il fut aussi scénariste/dialoguiste de films. On lui doit en particulier le scénario du Petit Monde de Don Camillo.


Quatrième de couverture

Qui ne connaît pas Merlin ? Il se joue du temps qui passe, reste jeune et beau, vif et moqueur, tendre, pour tout dire Enchanteur.
Et Viviane, la seule femme qui ne l'ait pas jugé inaccessible, et l'aime ? Galaad, dit Lancelot du Lac ? Guenièvre, son amour mais sa reine, la femme du roi Arthur ? Elween, sa mère, qui le conduit au Graal voilé ? Perceval et Bénie ? Les chevaliers de la Table Ronde ? Personne comme Barjavel, qui fait le récit de leurs amours, des exploits chevaleresques et des quêtes impossibles, à la frontière du rêve, de la légende et de l'Histoire. Dans une Bretagne mythique, il y a plus de mille ans, vivait un Enchanteur.
Quand il quitta le royaume des hommes, il laissa un regret qui n'a jamais guéri. Le voici revenu.


Ressenti

Autant vous le dire tout de suite, après avoir découvert un livre de Barjavel sur la légende arthurienne, j'ai un poil sauté de joie, étant donné que je trouve cette légende passionnante. Autant dire aussi que du coup, mon seuil d'exigence était un peu plus élevé qu'en temps ordinaire.

Alors voilà, oui, on passe un bon moment avec notre enchanteur habituel, Arthur, et la table ronde. Merlin est ici vu comme aussi bien jeune que vieux, et comme harcelé par Satan. Contrairement à bien d'autres récits sur cette légende, ici, c'est aussi l'amour entre Viviane et Merlin qui est mis en avant, puisque oui, vous l'aurez compris, on traite plus ici de Merlin.

Il est très agréable de découvrir l'enchanteur sous un jour différent du vieillard sage et conseiller d'Arthur, et cette lecture s'est avérée être franchement drôle. La petite déception, c'est que certainement la faute à la période où ça se passe et au contexte, il n'y a pas vraiment une quelconque critique de la société, chose que j'avais beaucoup apprécié auparavant chez cet auteur. Ca n'en reste pas moins un livre bien sympathique à lire !

9 août 2011

Carmilla, de Sheridan Le Fanu



Auteur : Sheridan Le Fanu - Traducteur : Jacques Papy
Editeur : Le livre de Poche - Parution : 2004
ISBN : 9782253087793 - Prix : 2 €


A propos de l'auteur

Maître du récit de fantômes et de vampires, dans la tradition romantique du roman noir, l'Irlandais Sheridan Le Fanu (1814-1873) est l'un des pionniers du roman de mystère anglais.
Carmilla (1872), texte fondateur du récit de vampires, annonce le Dracula (1897) de Bram Stoker.


Résumé

En Styrie, au XIXème siècle, vit une jeune fille isolée. Jusqu'au jour où son chemin croise celui de Carmilla, et où naît une formidable relation....


Ressenti

Pour quelqu'un qui aime le fantastique, et l'imaginaire en général, lire ce petit classique me paraissait essentiel, d'autant plus que c'est un tout petit livre, qui est vraiment peu cher. Et qui vaut largement le coup.

Même si l'histoire est ancienne, l'ouvrage n'a pas mal vieilli, et ne souffre pas d'un style un peu ancien comme ça peut arriver de temps en temps. Il est très facile de s'attacher à l'héroïne, jeune adolescente qui se sent seule dans un château où il n'y a que des adultes, et très facile de comprendre sa joie quand quelqu'un lui rend visite.

Encore plus quand finalement, le visiteur est une jeune fille de son âge, assez mystérieuse, nommée Carmilla, et très belle. Les deux adolescentes se lient malgré la maladie qui envahit les environs, et de là on peut voir une très belle histoire d'amour. On a aussi une sorte d'enquête menée par la narratrice, qui cherche à comprendre, et qui nous laisse tout de même un peu de surprise, même si on connait le fond de l'histoire.

Pour finir, je ne peux que vous conseiller la lecture de ce classique, petit, peu cher, et génial. Voilà. Vous n'avez plus qu'à courir l'acheter si vous ne l'avez pas encore lu.