24 nov. 2010

Plaguers, de Jeanne-A Debats



Auteur : Jeanne-A Debats - Illustrateur : Frederic Perrin
Editeur : L'Atalante - Parution : Octobre 2010
ISBN : 9782841725205 - Prix : 18 €


A propos de l'auteur

Jeanne-A Debats est l'auteur de La Vieille Anglaise et le Continent, une novella récompensée par quatre des prix majeurs de l'imaginaire français.


Résumé

Ilya et Quentin sont deux adolescents, des Plaguers comme on les appelle, des personnes atteintes d'une Plaie, deux ados qu'on enferme dans la Réserve des Plaguers. Dans ce nouveau monde, ils vont devoir s'habituer à leurs "dons", et à cette vie qui s'offre à eux...


Ressenti

C'est un roman dont j'ai un peu entendu parlé sur la Toile, et à dire vrai, ce sont les impressions qui m'ont convaincue de le lire, même si je ne m'attendais pas vraiment à ça.

La Plaie, c'est à la fois un don et une malédiction, quelque chose qui surprend, qui n'est pas évident à contrôler et qui embarrasse, mais aussi qui aide le monde. On se retrouve ici dans la Réserve, et uniquement là. Nous n'observerons vaguement le monde extérieur que par des souvenirs d'Ilya et de Quentin, et à vrai dire, ces souvenirs ne font pas vraiment pas envie.

Tout comme dans "La vieille Anglaise et le Continent", j'ai retrouvé ici une sorte d'aspect écologique, qui m'avait beaucoup plu déjà, et qui est plus fort ici. Ilya est une peste, mais d'un autre côté, on ne peut que comprendre ce personnage torturé qui tente de s'en sortir comme elle peut. De l'autre côté, on a Quentin, le narrateur, adolescent qui semble incroyablement calme, et qui paraît s'adapter si facilement.

Les côtés fantastiques et écologiques sont très liés, mais difficile d'en dire plus sans en dévoiler trop. C'est un roman que j'ai trouvé assez dur, qui nous montre un futur affreux et cruel, mais aussi naturel et original.

2 commentaires :

  1. Je n'ai pas lu la vielle anglaise, mais je pense y remédier rapidement tant le style de cet auteur m'a envouté.

    Illya est effectivement perturbée, torturée et on le serait à moins si l'on nous avait fait subir cette "atrocité" destinée à la guérir ! Cela ne doit pas être facile à vivre lorsqu'on le choisit... alors imposé, c'est son identité qui est totalement faussée.

    Un très beau livre, un coup de coeur pour moi.

    Biz

    RépondreSupprimer
  2. J'ai lu de bons articles au sujet de ce livre. Je me le suis noté pour lors d'un prochain passage en librairie :)

    RépondreSupprimer

Quelques gouttes d'encre à déposer ?