26 oct. 2010

Actus ^^

Challenges

Challenge Middle-Earth : Le Silmarillion est terminé et critiqué ! En revanche, la trilogie n'est toujours pas entamée.... Prochainement, je commence les Contes et Légendes tome 1 pour me mettre à jour !

Challenge Serial Killer : Celui-là est à moitié terminé, puisque le Chuchoteur est lu et critiqué ! En revanche, j'avoue, je cale un peu sur le livre de Stéphane Bourgoin ^^

Challenge Juste pour Lire : Organisé par Mycoton32, sur Livraddict, ça consiste à lire pendant un certain nombre d'heures d'affilée ! Pour ma part, je suis inscrite en 9h, catégorie libre, et la session aura probablement lieu dimanche ^^
Petite liste de ce qui sera sans doute lu :
- Contes et légendes inachevés, premier âge, Tolkien
suite à venir

Swaps

Et oui, il faut un début à tout ! Je participe au swap Halloween organisé par Magda31, sur le forum de Livraddict ! Mon colis est parti jeudi dernier, il ne devrait plus tarder à arriver ^^


Et voilà pour l'instant ^^

23 oct. 2010

Une vie psychosomatique, de Carl Watson



Auteur : Carl Watson - Traducteur : Thierry Marignac
Editeur : Vagabonde - Parution : Septembre 2010
ISBN : 9782919067015 - Prix : 18 €


A propos de l'auteur

Carl Watson est l'auteur du roman Hôtel des actes irrévocables et du recueil de récits Sous l'empire des oiseaux. Il vit à New York et dans les Catskills.


Résumé

« J’ai vu toutes mes relations d’autrefois devenir des hommes d’affaires, des employés, des artistes, des poivrots et des contremaîtres de l’information. Moi, je ne voulais pas. Je ne voulais pas de ce genre de mort. Mais quelle différence finalement avec ma dévotion d’esclave pour le fantasme ? Je peux penser à toutes sortes de justifications rationnelles. Je peux attaquer n’importe quelle émotion sous n’importe quel angle, mais je ne peux plus juger de la nature de ce que je ressens ou de l’intensité de mes sentiments. »


Ressenti

Si vous cherchiez un roman plein de gaité et léger, autant vous le dire tout de suite, vous pouvez passer votre chemin ! Vous faites face à un roman noir, complexe, et qui ne plaira pas à tout le monde.

Le personnage principal de notre histoire n'est jamais nommé, et est simplement qualifié de "il", ou "lui". Cela pourrait nous faire un personnage difficile à suivre, et ça l'est parfois ici, mais ses pensées restent reconnaissables par la violence qui les imprègne.

Dès le début, on nous parle d'un meurtre, d'une arme, et de violence. Une femme prendra place dans le récit, une femme dominatrice, un couple qui n'en est pas vraiment un, un couple qui s'agresse mutuellement.

C'est un ouvrage que j'ai trouvé difficile à comprendre, parce que si on comprend la volonté de l'auteur de nous parler de la violence, le fait de ne pas avoir de repères temporels, et de ne jamais nommer les personnages, peut rendre ce livre compliqué à suivre.

Il ne semble pas non plus y avoir réellement de chronologie ici, même si on retrouve des éléments, et qu'il est possible de le relier. Mais ce que j'ai apprécié ici, c'est cet aspect de la violence vue de l'intérieur, vu de celui ou de celle qui les commet.

Une vie psychosomatique n'est pas un livre que je conseillerais à tout le monde car la violence est très présente, et le côté décousu, même voulu par l'auteur, peut rebuter certains et perdre le lecteur. Mais il pousse à la réflexion sur ce sujet, et nous offre la possibilité de voir ça d'un point de vue bien inhabituel.

Un grand merci à Livraddict et aux éditions Vagabonde pour cette sympathique découverte.


21 oct. 2010

Les quatre filles du docteur March (+ suite), de Louisa May Alcott


Auteur : Louisa May Alcott - Illustrateur : Philippe Munch
Editeur : Casterman - Parution : Octobre 2004
Traducteur : Claude Lauriot-Prévost - Prix : 7 €

Attention ! Le premier tome est épuisé dans cette édition.


A propos de l'auteur

Louisa May Alcottt est née en 1832 à Germantown, aux Etats-Unis. Elle publie des poèmes dès l'âge de seize ans, mais il lui faudra attendre encore vingt ans avant de voir sa carrière d'écrivain s'épanoui avec Les Quatre Filles du docteur March (1868), directement suivi par Les Quatre Filles du docteur March se marient. L'école expérimentale de son père, en devenant le "rêve" de Jo, lui inspirera la troisième volet de cette série, dont on trouve ici une traduction intégrale et inédite. Louisa May Alcott est morte en 1888.


Résumé

Cette histoire commence un soir de Noël, alors que Monsieur March est parti quelques mois plus tôt pour la guerre de Sécession qui fait rage. Les quatre filles, Meg, Jo, Bess, et Amy, sont donc seules avec leur mère et Hannah, la vieille cuisinière. C'est ce qu'elles ont vécu durant cette année sans leur père qui est contée ici, puis, dans les tomes suivants, leur avenir.


Ressenti

Je tiens à vous prévenir tout d'abord que si vous n'avez jamais lu Les Quatre Filles du docteur March, il risque d'avoir quelques spoilers ^^

Ce sont des livres plutôt destinées à des adolescent(e)s, et qui transmettent beaucoup de valeurs basées sur la religion, mais beaucoup n'en sont pas moins appréciables.

Les quatre filles ont toute un caractère bien différent, et sont attachantes, bien qu'Amy ne soit pas très présente dans le premier tome. La petite Bess est un personnage sur lequel j'aurais aimé en savoir plus, qu'on ne voit que d'un point de vue extérieur, alors qu'elle parvient à affronter son destin tragique d'une façon si calme, et si surprenante au final.

Sur les quatre tomes qui composent cette série, les deux premiers sont consacrées aux filles, le premier à l'année passée sans leur père, et qui n'est pas au final pas le tome le plus passionnant, et le second à leurs amours. C'est à mon avis ce tome-ci qui est le plus émouvant de tous, même si on n'aime pas les histoires d'amour ^^

Les deux derniers tomes sont centrés sur l'école créée par Jo March, et sur les enfants qui la composent. Dans le premier, on a tout le loisir d'apprendre à connaître tous ces petits garnements, et particulièrement à faire la connaissance de Dan, enfant sauvage. Le dernier nous parle de ce que deviennent ces enfants, de leur avenir.

La saga est en entier passionnante à lire, qu'on soit adulte ou pas, et surtout pleine d'émotions. C'est sans doute une histoire à lire et à relire si on le veut !

Les chroniques des Crépusculaires, de Mathieu Gaborit



Auteur : Mathieu Gaborit - Illustrateur : Arnaud Cremet
Editeur : J'ai Lu Fantasy (Mnémos) - Parution : Décembre 2002
ISBN : 9782290310021 - Prix : 8 €


A propos de l'auteur

Né en 1972, il s'est imposé immédiatement comme le chef de file incontesté de la fantasy de création avec Les chroniques des Crépusculaires, révélant un talent exceptionnel de bâtisseur d'univers merveilleux. Il a prolongé l'exploration de cet extraordinaire monde poétique, ténébreux, et baroque avec le tout aussi remarqué Abyme.


Résumé

Le baron de Rochrondre est mort, et les Royaumes Crépusculaires sont envahis par des complots fomentés par les adeptes du Cryptogramme-Magicien.

Agone, héritier de Rochrondre, refuse de devenir baron à la suite de son père, mais accepte sa dernière volonté, passer six jours au collège de Sombre-Jour. De là, notre jeune ami va vite se retrouver mêlé à l'avenir des Royaumes.


Ressenti

Le début semble assez banal, un homme qui meurt, un fils qui n'a pas du tout les mêmes convictions et qui refuse de prendre sa suite. C'est en fait le passage au collège du Sombre-Jour qui m'a convaincue, avec ce système d'éducation qu'on découvre à peine, et si particulier.

On s'attache vite aux professeurs, puis à Agone, entraîné malgré lui dans les ennuis, même si personnellement je suis fan de notre amie la rapière ^^

La magie que l'on découvre dans cet univers est très intéressante et originale, et c'était une lecture bien agréable ^^

17 oct. 2010

Le double corps du roi, d'Ugo Bellagamba et Thomas Day



Auteurs : Ugo Bellagamba et Thomas Day
Editeur : Folio SF - Parution : Mai 2007
IBSN : 9782070341948 - Prix : 7.70 €


A propos des auteurs

Quand il n'enseigne pas l'histoire du droit et des idées politiques à l'université de Nice, Ugo Bellagamba écrit.
On lui doit de nombreuses nouvelles et deux romans en collaboration avec Thomas Day (L'Ecole des assassins et Le double corps du roi). Né en 1971, ce dernier s'est imposé en quelques années comme l'un des auteurs les plus passionnants de l'imaginaire francophone. De son vrai nom Gilles Dumay, c'est aussi le directeur de la collection "Lunes d'encre" chez Denoël.


Résumé

Nous sommes à Déméter, et le roi Yskander vient d'être assassiné par un de ses généraux ambitieux, Absü Déléthérion, tyrannique. Seulement pour être roi, il faut avoir l'armure forgée par le Dieu-Forgeron, l'Hérakléion, et celle-ci a été cachée dans la Canopée, pays lointain, par le poète et bretteur Egée Seisachtéion, aidé du brigand Johan Solon... Le combat pour le trône démarre.


Ressenti

Autant vous le dire tout de suite, vous faites face à de la fantasy plutôt épique, qui ne lésine pas sur les combats et les complots de meurtre.

On a beaucoup de qualités dans ce livre, à commencer par les descriptions de combat très bien rendues, l'armure en elle-même et son mythe qui sont intéressants, et les personnages. Celui de Johan Solon, partagé entre deux mondes, est particulièrement attachant.

Le défaut, qu'on retrouve surtout dans la première partie du livre, c'est le passage un peu trop rapide pour moi sur les émotions des personnages principaux. On dirait vraiment que les auteurs ont voulu que certains personnages, Egée, Eiroénée, nous restent en quelque sorte sur un piédestal inaccessible.

C'est quelque chose que je n'aime pas personnellement, les ressentis des personnages sont pour moi intéressants et m'impliquent dans le récit. Heureusement ici, c'est une chose qui s'arrange au fil du récit.

Quand à la fin du récit, elle est surprenante, et très appréciable ^^

14 oct. 2010

La solitude du docteur March, de Géraldine Brooks



Auteur : Geraldine Brooks - Traducteur : Isabelle-D Philippe
Editeur : Belfond - Parution : Septembre 2010
Prix : 20.50 € - ISBN : 9782714445872


A propos de l'auteur

Née en Australie, Geraldine Brooks vit aujourd'hui aux Etats-Unis sur l'île de Vineyard (Massachusetts).
Correspondante de guerre pour le Wall Street Journal pendant quatorze ans, elle a couvert des combats en Bosnie, en Somalie et au Moyen-Orient. Une incarcération dans les geôles nigériennes la pousse à abandonner le journalisme. Elle se consacre alors à la rédaction de son premier roman, 1666 (Calmann-Lévy, 2003 ; 10/18, 2004). Après Le Livre d'Hanna (2008 ; Pocket, 2010), La Solitude du docteur March, qui a reçu le prix Pulitzer en 2006, est son deuxième roman à paraître chez Belfond.


Résumé

Nous sommes au début de la guerre de Sécession, en 1861. Nous suivons les pas du docteur March, père de quatre filles, comme aumônier. C'est son histoire qui va nous être révélée, ce qu'il a vécu pendant cette année loin de sa famille.


Ressenti

Le thème de la guerre de Sécession est un sujet que j'ai rarement trouvé dans les romans, et que j'ai beaucoup apprécié. On est directement confronté à l'opinion de March sur l'esclavage, à la condition noire de l'époque, et surtout, à ceux qui voulaient à tout prix garder leurs esclaves.

C'est très intéressant de lire toutes ses opinions. Bien évidemment, notre bonhomme est le père absent du roman de Louise May Alcott, "Les quatre filles du docteur March", et c'est assez sympathique de retrouver cette famille, de savoir ce qui est arrivé à ce personnage.

La mère des filles, qui paraît plutôt parfaite dans le roman, est ici vue sous l'oeil de son époux, et on a donc un personnage bien plus profond et attrayant. Il est aussi très intéressant de voir l'évolution du personnage de March par rapport à ce qu'il était avant.

Cependant, bémol il y a, et ici c'est la manie qu'a l'auteur de changer assez brusquement d'époque sur certains chapitres, et parfois même de personnage. Et il est assez déplaisant de passer du point interne d'un personnage à un autre point de vue interne sans une quelque indication de l'auteur.

Ce petit défaut est vraiment dommage, parce qu'autrement, le roman est vraiment prenant, et m'a bien donné envie de relire "Les quatre filles du docteur March", pour la peine ^^

Un grand merci à Babelio et aux éditions Belfond pour cette découverte.

12 oct. 2010

Arlis des forains, de Mélanie Fazi



Auteur : Mélanie Fazi
Editeur : Folio SF - Parution : Août 2010
Prix : 7.10 € - ISBN : 9782070398935


A propos de l'auteur

Née en 1976, Mélanie Fazi est l'auteur de deux romans et de deux recueils de nouvelles, acclamés par les critiques et le public. Plusieurs de ses textes ont même été traduits et publiés dans des revues anglo-saxonnes. Elle est également traductrice. Son oeuvre a été récompensée par de nombreux prix.


Résumé

Arlis est un orphelin, qui a été recueilli il y a bien longtemps par une troupe de forains. Il vit tranquillement avec eux, jusqu'à ce que la troupe atteigne Baily Creek, où les forains sont comme souvent le centre d'intérêt du village. Seulement, Faith, la fille du pasteur, s'intéresse beaucoup au jeune Arlis, et entreprend bientôt de lui faire découvrir ses secrets...


Ressenti

C'est un roman de fantastique, qui prend son temps pour en paraître vraiment un.

Rapidement, on apprend à connaître les personnages qu'on va côtoyer le temps du roman. Arlis bien sûr, qui raconte l'histoire, Lindy, sa mère adoptive, Emmett, l'amant de Lindy, et le reste de la troupe. Chaque membre de la troupe a sa petite histoire, son caractère, et il est très aisé de se les représenter mentalement, et d'en avoir l'idée d'une troupe de forains. On fait aussi la connaissance de Faith, qui m'a parue plutôt antipathique, enfant trop gâtée qui prétend connaître un tas de choses.

Etrangement, j'ai plutôt eu l'impression pendant une bonne partie du roman, d'avoir à faire à une sorte de quête identitaire, puisqu'en effet, Arlis recherche ses origines. Mais peu à peu, on découvre les caractères inquiétants de ces deux enfants, et le roman devient au fil des pages plus inquiétant, nous privant d'explications sur ces phénomènes.

Il est difficile d'en dire vraiment plus sans vous gâcher le futur plaisir de la lecture, et avouons-le, vous détesteriez que je vous raconte ici même la moitié de l'histoire ^^

Mon seul petit regret sera de ne pas savoir la suite de l'histoire du héros, mais un roman doit bien s'arrêter quelque part !

11 oct. 2010

Fils de l'ombre, tome 2, de Juliet Marillier




Auteur : Juliet Marillier - Traducteur : Hélène Bury
Editeur : L'Atalante - Parution : Septembre 2010
Prix : 18 € - ISBN :
9782841725151


A propos de l'auteur




Nous suivons ici Liadan, la fille de Sorcha, héroïne de Soeur des Cygnes, précédemment parus à l'Atalante. (pour un avis, allez voir ici ). Une génération s'est donc écoulée au domaine de Septenaigue, et les choses ont changées petit à petit. Il appartient à Liadan d'affronter un destin douloureux, pour sauver sa famille de l'ombre.


Ressenti

Oui, je sais, c'est le même résumé que pour le tome 1, mais il est très difficile de fournir un résumé pour le tome 2 sans spoiler sur le tome 1.

C'est un second tome dont j'ai été satisfaite, plus sombre que le premier, et on a bien évidemment beaucoup de réponses aux questions posées pendant le tome précédent. J'aime beaucoup la réapparition de plusieurs personnages de Soeur des Cygnes, dont on apprend pas mal de petites choses.

D'autres personnages, comme le frère de Liadan, ou encore Iubdan, prennent de la profondeur, nous apparaissent sous un autre jour, et c'est bien agréable. On a aussi beaucoup d'angoisses pour les personnages, peut-être plus qu'auparavant, et ils sont très attachants.

Le style est toujours aussi agréable, doux, mais ce qui est un peu frustrant, c'est qu'on sent que la mise en place d'une intrigue plus grande prend place à travers Soeur des Cygnes et maintenant Fils de l'Ombre, et je n'ai qu'une envie, en apprendre un peu plus ^^

Ne reste plus qu'à espérer que L'Atalante continuera à faire paraître l'oeuvre de Juliet Marillier en France !

9 oct. 2010

Le goût de l'immortalité, de Catherine Dufour



Auteur : Catherine Dufour
Editeur : Le Livre de Poche - Parution : Septembre 2007
Prix : 6 € - ISBN :
9782253119296


A propos de l'auteur

Catherine Dufour est née à Paris, en 1966.
Elle signe avec Le Goût de l'immortalité un roman futuriste hors normes, récompensé par les prix les plus prestigieux (Grand prix de l'imaginaire, Rosny-aîné, Bob-Morane, Grand Prix de la science-fiction française). Une œuvre âpre et lumineuse, par un des auteurs les plus surprenants de l'imaginaire français actuel.


Résumé

Mandchourie, 2213. Nous lisons la lettre d'une femme, dont le nom nous restera inconnu, et qui est immortelle. C'est son histoire qu'elle raconte ici, et celle de Cmatic, chargé d'enquêter sur la réapparition d'une ancienne maladie, et immortel lui aussi. Mais vivre éternellement, est-ce vraiment intéressant sur une Terre malade ?


Ressenti

Le résumé n'est pas extraordinaire, je sais, et je m'en excuse d'avance, mais c'est un roman qui est particulièrement difficile à résumer.

Autant vous le dire tout de suite, le début est difficile à suivre. On ne sait pas où on est, qui on suit, bref peu d'informations. Ce n'est qu'ensuite que nous aurons quelques chapitres qui présentent les personnages et nous fournissent un contexte.

Le monde futuriste dans lequel on se trouve n'est pas drôle, loin de là même, puisque la nature est quasiment détruite, que tout le monde vit dans des tours (là haut, ou en dessous), bref c'est un monde où on a vraiment, mais alors vraiment pas envie de vivre.

C'est une écriture qui est très agréable, originale, et on a vraiment l'impression de devoir se laisser guider par l'auteur dans ce roman. Pendant les trois quarts du bouquin, on ne sait pas vraiment où on va, les liens entre les différents personnages m'ont paru un peu flous, avant d'avoir enfin la compréhension de l'histoire.

Pour finir, Catherine Dufour en parle un peu son site, ici, et vous trouverez la critique de Tiger Lilly ici même !

Merci donc au Cercle d'Atuan pour la découverte en lecture commune !

6 oct. 2010

Masse critique spéciale Imaginaire



Si vous ne connaissez pas Babelio, il s'agit là d'une bibliothèque virtuelle et d'un forum, qui organise régulièrement l'opération Masse Critique !

Comment ça se passe ? Vous postulez pour recevoir gratuitement un livre de la liste, l'éditeur vous l'envoie, et vous devez ensuite en publier une critique sur votre blog !

Et dès demain matin 8h, s'ouvre la Masse Critique spéciale Imaginaire, avec des livres de L'Atalante, Bragelonne, Castelmore, Du Bélial, Griffes d'encre, Milady, Moutons électriques, Les petites vagues, Rivière Blanche, Robert Laffont, et La Volte !

Merci encore à Babelio pour cette opération !

4 oct. 2010

Le Guide du voyageur galactique, de Douglas Adams



Auteur : Douglas Adams - Traducteur : Jean Bonnefoy
Editeur : Gallimard - Parution : Mars 2010 (nouvelle édition)
Prix : 6.10 € - ISBN :
9782070437436


A propos de l'auteur

Douglas Adams (1952-2001) a exercé tous les métiers possibles avant de se tourner vers l'écriture pour la radio et la télévision, où il développera son aptitude à manier l'absurde et le nomme. Il est essentiellement connu en France pour sa série du Guide du voyageur galactique, space opera loufoque et délirant, proche de l'esprit des Monty Python.


Résumé

Imaginez qu'on veuille détruire votre maison à coup de buldozer. Et que votre meilleur ami vous déclare qu'il est en fait un extraterrestre en voyage, et qu'il vous embarque avec lui, parce que la Terre va être détruite dans deux minutes. Tout ça parce qu'elle est sur le trajet d'une autoroute intergalactique. Bon courage pour garder votre calme. Et ce que va devoir subir Arthur Dent, anglais tout ce qu'il y a de plus moyen.


Ressenti

Oui, vous aurez l'impression que vous êtes tombé sur une mauvaise blague et que l'auteur déconne avec vous. Non, l'auteur ne déconne pas avec vous. Et ce n'est pas une blague.

Ce qui est génial avec ce bouquin, c'est qu'on est tout aussi paumé que le pauvre Arthur, et qu'on ne comprend pas grand chose au départ, mais c'est à mourir de rire. Ne serait-ce que le début du premier chapitre, qui évoque parfaitement un réveil douloureux comme on en a tous eu. Et non ne mentez pas, vous aussi vous êtes déjà réveillé au moins une fois la tête complètement dans le coltar, en mode automatique.

Et que dire des différentes intrigues qui se mettent en place, et qu'on découvre petit à petit... Si on aime cet humour, c'est génial. Et je suis fan de Marvin, androïde dépressif XD Et d'Eddie l'ordi aussi XD

Donc, vous avez bien compris, si vous êtes un poil geek, et que l'humour dans les livres vous adorez, y a de bonnes chances que vous aimiez. En plus, on a même la réponse de 42.

1 oct. 2010

Dans le jardin d'Iden, de Kage Baker



Auteur : Kage Baker - Traducteur : Jacques Collin
Editeur : Pocket - Parution : Avril 2004
Prix : 6.90 € - ISBN :
9782266136570

Actuellement épuisé en poche, mais disponible en grand format chez Rivages


A propos de l'auteur

Kage Baker est née à Hollywood en 1952. Aujourd'hui, elle vit toujours en Californie, à Pismo Beach, dans un cottage qui, à son désespoir, n'est pas " hanté par un fougueux capitaine de vaisseau ", au contraire de celui qu'occupait Gene Tierney dans L'Aventure de Madame Muir. Elle fut artiste, actrice, professeur d'anglais et se livra durant de longues années à des recherches historiques sur la période élisabéthaine avant de se consacrer à l'écriture.


Résumé

Mendoza est née en Espagne, pendant la période de l'Inquisition. Et pourtant, elle est à présent botaniste pour le XXIVème siècle, et chargée de récolter des plantes rares en Angleterre. En ces temps politiques agités, la jeune femme doit accomplir sa mission dans le jardin de William Iden, sans se faire repérer bien sûr...


Ressenti

On débute tranquillement dans ce roman en apprenant peu à peu qui est Mendoza, son passé, et ce qu'elle est devenue. Pour l'instant, l'intrigue peut paraître un peu longue à se mettre en place, mais ça me paraît nécessaire pour mettre le monde en place, et pour que le lecteur comprenne bien.

L'intrigue au final, est en revanche assez banale, puisqu'il s'agit plus de ne pas se faire repérer, le tout en tombant follement amoureuse. Ca pourrait donc être juste une histoire d'amour, mais non, puisqu'heureusement pour nous, le personnage de Mendoza est assez cynique, et on voit bien que l'histoire qu'elle nous conte ici s'est passée il y a longtemps, et qu'elle a vieilli depuis.

Les autres personnages sont assez sympathiques également, même si on les voit à travers les yeux de notre héroïne ^^ On a aussi un peu de religion pour mettre du piment, et c'est bien agréable ^^

En clair, c'est un roman sympathique, un peu cynique, et qui se lit sans problème ^^