4 août 2010

Les démons de Paris, de Jean-Philippe Depotte



Auteur : Jean-Philippe Depotte - Traducteur : Suzanne Mayoux
Editeur : Denoël - Parution : 4 février 2010
Prix : 20 € - ISBN : 9782207261897


A propos de l'auteur

Scientifique de formation, mais passionné d'histoire et de littérature, Jean-Philippe Depotte est né à Lille en 1967.
Il a été programmeur, inventeur " breveté ", éditeur de méthodes de langues et directeur de production de jeux vidéo.


Résumé

Dans un Paris du début du XXème siècle, Joseph, jeune prêtre, parle avec les morts et les apaise. Le jeune homme cherche en réalité à percer le mystère de la vie après la mort, et est aidé pour cela par Marcel, petit garçon décédé un peu plus tôt. Seulement, en voulant percer ce secret, Joseph va être pris dans des évènements qui menacent la tranquillité de la capitale...


Ressenti

La première chose très agréable qu'on remarque dans ce roman, c'est l'ambiance de Paris si reconnaissable. Quelques descriptions appréciables, où on reconnait avec plaisir les rues de la capitale.

Certains qualifient ce roman de thriller, je le qualifierais plutôt de roman historique et mystique. La recherche de la vie après la mort est intéressante, et l'auteur a ici développé une idée fascinante, qui se dévoile lentement au fil du moment, obligeant le lecteur à remettre en cause sa première réflexion, et l'idée finale qui se dégage est très originale.

La présence de personnages historiques comme Lénine est très sympathique également, il est présent mais sans trop l'être aussi.

Certains personnages sont très intrigants, et d'autres le sont étonnamment peu, comme le héros par exemple, qui ne semble pas vraiment perturbé de dialoguer chaque jour avec des morts. En revanche, le personnage d'Eloïs est beaucoup plus intéressant, et plus facile à comprendre. Ce qui est vraiment dommage, du moins à mes yeux, c'est de voir "disparaître" au fil du roman un personnage qui semblait pourtant très présent au début de l'histoire, en l'occurrence, Lucille, la soeur d'Eloïs. A peu près au milieu du roman, elle est laissée de côté, et on ne la voit quasiment plus du roman, alors qu'on pourrait tout de même s'attendre à la voir.

Lucrèce, autre personnage féminin, est très originale aussi, et représente une femme osée pour l'époque, très amusante à imaginer en sorte de garçon manqué prise d'envies révolutionnaires ^^

En résumé, pour un premier roman, c'est très original, et bien écrit. Si l'ambiance du Paris des années 1910 vous manque, vous vous ferez un plaisir de la retrouver ici ^^


1 commentaire :

  1. Ma foi, ça a l'air plutôt pas mal :)
    Je vois que tu lis La cithare Nue, tu me diras ce que t'en as pensé?
    Bizouuux :)

    RépondreSupprimer

Quelques gouttes d'encre à déposer ?