24 juin 2010

La langue du silence, de Samantha Bailly



Auteur : Samantha Bailly - Illustrateur : Miya
Editeur : Mille Saisons - Parution : novembre 2009 Prix : 23€ - ISBN : 9782918287001

A propos de l'auteur
Dès la terminale, Samantha Bailly commence à faire parler d'elle en se retrouvant en finale régionale du concours de Plaidoirie pour les Droits de l'Homme 2005, organisé par Amnesty International, pendant laquelle elle défend la cause de la Biélorussie. Puis elle obtient le Prix Alain 2006, prix lycéen national de philosophie. Elle voit la même année ses premiers textes (nouvelles et poèmes) publiés.
Actuellement en Master de Lettres Modernes à l'université de Caen, son mémoire traite des genres de l'imaginaire. En avril 2009 sort son premier roman, La langue du silence, tome 1 du diptyque Au-delà de l'oraison, aux éditions Mille Saisons.

Ressenti

 Jeune fille à priori tout à fait normale, Mylianne Manérian est retrouvée morte un matin. Pour tous ou presque, il ne s'agit que d'un meurtre "classique", proféré par les clans rebelles.
Cependant, ses deux soeurs Aileen et Noony, ne sont pas du même avis, et vont "enquêter" chacune de leur côté sur l'évènement. Dans ce monde où la mort est tout d'abord une source de revenus, les deux jeunes filles seront bien vite mêlées à des intrigues concernant tout le royaume.

Au premier abord, le roman n'est pas des plus attrayants. On n'est face au final à rien de plus que deux soeurs qui affrontent la mort de leur cadette comme elles le peuvent. Assez vite, le personnage de Noony se révèle très intéressant, et attachant. Par exemple, sa formation assez singulière d'oraisonnière qui récolte le fluide vital des morts.

En revanche pour Aileen, il faut attendre un bon nombre de pages pour ce personnage ait enfin un peu d'intérêt, mais étant moins travaillée, elle est moins attachante. En fait, j'ai suivi avec plus d'attention le groupe de Noony, et celui de Laï-Mune, la chuchoteuse.

Cependant, une fois que le roman est lancé, l'action démarre pour de bon, et l'auteur nous fait accrocher à son histoire. J'ai particulièrement apprécié les petits textes en début de chapitre, qui, explicatifs le plus souvent, aident à comprendre l'univers créé. Un bon roman donc, surtout en sachant que c'est un premier.

1 commentaire :

  1. Je l'avais acheté l'année dernière aux Imaginales, et l'avait même fait dédicacé.

    Par contre, mon avis était assez mitigé, et pour preuve, je ne m'en souviens pratiquement rien ...

    Mais c'était une lecture sympa, d'autant plus lorsque l'on sait que c'est le premier roman de l'auteur !

    RépondreSupprimer

Quelques gouttes d'encre à déposer ?