16 avr. 2010

Black Bazar, d'Alain Mabanckou



Auteur : Alain Mabanckou
Editeur : Point - Parution : 04/02/2010
Prix : 7€ - ISBN : 9782757816394


A propos de l'auteur

Alain Mabanckou, né en 1966 au Congo-Brazzaville, est professeur de littérature francophone à l'université de Californie.
Il a écrit de nombreux romans, dont Mémoires de porc-épic, prix Renaudot 2006, African psycho et Verre Cassé, disponibles en Points.

Rendez-vous sur http://www.alainmabanckou.net pour en savoir plus sur lui et sur son oeuvre.

Résumé

Nous sommes ici avec un narrateur dont nous ne connaîtrons jamais le nom, simplement nommé le "Fessologue". Il nous raconte sa vie, la façon dont elle s'est modifiée depuis quelques temps, et l'écriture de son nouveau roman. Tout simplement, il nous parle de sa vie de Congolais dans le 18ème arrondissement de Paris.


Ressenti

Sans l'ombre d'un doute, c'est un livre étrange, dont le contenu ne ressemble que peu à la quatrième de couverture. Le narrateur est dans une situation triste, mais commune : sa femme l'a quitté, a pris sa fille, et est partie au pays (ndlr : Congo), avec un autre homme.

La première chose marquante de ce livre, c'est qu'il a du "bagou". On a l'impression d'avoir l'auteur en face de soi qui lit le livre, avec ses expressions et intonations.

Black Bazar n'est pas seulement la vie d'un narrateur écrivain, c'est aussi et surtout les rencontres qu'il fait. Le personnage de son voisin, M. Hippocrate, par exemple, est très intéressant de par ses actes, mais aussi de part ses opinions sur le colonialisme, qui incitent à la réflexion. On note également une grande quantité de références musicales et littéraires, mais pour toutes les relever, plusieurs lectures sont sans doute nécessaires.

Les parisiens apprécieront peut-être comme moi de voir dans le récit des lieux connus (particulièrement pour moi vu que je commence à bien connaître le 18ème et les lieux dont il parle ^^). En clair, un livre à la fois distrayant et qui pousse à la réflexion.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Quelques gouttes d'encre à déposer ?