28 janv. 2010

La leçon d'équitation, de Sara Gruen



Auteur : Sara Gruen - Traducteur : Valérie Malfoy
Editeur : Le Livre de Poche - Parution : 11/04/2007
Prix : 6.50€ - ISBN : 9782253121244


A propos de l'auteur

Cavalière émérite, engagée auprès d'organisations de protection des animaux, Sara Gruen puise son inspiration dans sa passion pour les chevaux.
Son premier roman, La leçon d'équitation, est déjà un best-seller.


Résumé

Annemarie Zimmer, une quarantaine d'années, vient de divorcer, et entretient avec sa fille adolescente une relation conflictuelle. Des années auparavant, cette championne de jumping a du mettre fin à sa carrière à la suite d'un grave accident lors duquel son cheval, Higland Harry, a trouvé la mort. A la suite de l'accident, Annemarie a mis fin à tout contact avec les chevaux, jusqu'au jour où son père tombe gravement malade, et où sa mère lui demande de revenir au haras familial.


Ressenti

Au vu du résumé, on pourrait trouver une certaine ressemblance avec L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux, un divorce, un accident, une romance. Mais heureusement pour nous, il n'y a pas que ça dans le roman de Sara Gruen, et on se trouve finalement face à quelque chose qui se lit très bien, sans être pour autant exceptionnel.

Entre problèmes d'adolescents, et problèmes familiaux tels que la maladie puis la mort d'un proche, une romance, l'auteur a créé un personnage intéressant, et parvient surtout à faire une intrigue plaisante, qui reprend la mort du premier cheval d'Annemarie. Ce n'est pas le genre de roman où on aura cependant une réelle réflexion, puisqu'en réalité, on a l'impression que le personnage principal tente ici tout simplement de faire face à une période de sa vie très difficile, et de résoudre des soucis plus anciens.

Le monde du cheval est bien présent tout au long du roman, et c'est au final une lecture facile, et assez séduisante ^^

13 balles dans la peau, de David Wellington



Auteur : David Wellington - Traducteur : Marie-Aude Matignon
Editeur : Milady - Parution : 03/04/2009
Prix : 7€ - ISBN : 9782811201203


A propos de l'auteur

David Wellington est né en 1971 à Pittsburg (Pennsylvanie), ville où George Romero a tourné La Nuit des morts-vivants. Ceci l’a sans doute destiné à écrire sa propre trilogie sur les zombies, d’abord sur son site internet personnel, avant de se faire remarquer par un éditeur. Ses ouvrages ont en commun la mise en scène de monstres classiques revus et corrigés par ses soins, tels les vampires de 13 Balles dans la peau, qui sont de véritables machines à tuer, bien loin des suceurs de sang pales et androgynes…
Aujourd’hui, David vit à New York, en compagnie de son chien, Mary Shelley (!) et de son épouse, Elisabeth. Lors de leurs vœux de mariage, cette dernière lui a fait promettre de botter les fesses de beaucoup de zombies !

Rendez-vous également sur son site officiel, http://www.davidwellington.net/ !


Résumé

Nous sommes dans les années 2000, auprès de l'agent de police Laura Caxton. A cette époque, les vampires ont déjà fait une apparition 20 ans plus tôt, et ont été exterminés. Du moins, c'est ce que l'on pensait... Puisque notre agent va découvrir un massacre perpétré par un vampire, justement. Fort heureusement, pour combattre les vampires, celui qui les a décimé auparavant est encore là, et plus que prêt à intervenir dans une enquête, j'ai nommé l'agent Arkeley.
Nos deux personnages vont donc s'embarquer dans une chasse terrible, où l'ennemi n'est pas seulement une bête sauvage, mais plutôt une machine à tuer ...


Ressenti

Tout d'abord, les deux personnages principaux sont intéressants, une femme, agent de police tout ce qu'il y a de plus banal, lesbienne et en couple. Le second, un homme âgé, Arkeley, ancien du FBI, connu pour avoir mis fin à un massacre auparavant. On pourrait craindre que le personnage de Laura Caxton, qu'on suit le plus puisque le récit est à la première personne, fasse un peu un personnage parfait, mais non, c'est avec grand plaisir que nous entrons dans sa peau, découvrons ses défauts et ses craintes.

Ensuite, l'histoire. L'intrigue est somme toute assez banale, une chasse au vampire, c'est bien loin d'être la première fois que l'on en rencontre une, mais il faut noter qu'il est assez rare de trouver un roman écrit du point de vue du chasseur qui devient chassé. Mais ce qui est réellement plaisant, c'est que l'auteur a vraiment développé la partie sur la vie des vampires, sur ce qu'ils pourraient être, leurs pensées, leur mode de vie, et ça, c'est vraiment original.

Pour finir, s'il vous fallait une troisième raison, le style de Wellington est léger et se lit tout seul, et en plus, nous sommes face à une trilogie...

24 janv. 2010

Les yeux bandés, de Siri Hustvedt



Auteur : Siri Hustvedt - Traducteur : Christine Le Boeuf
Editeur : Actes Sud - Parution : 01/02/1996
Prix : 7.50€ - ISBN : 9782742707126

A propos de l'auteur

Siri Hustvedt est née de parents immigrés norvégiens. Poétesse, essayiste et romancière reconnue, elle est diplômée (PhD) en Littérature Anglaise de l'université Columbia. Le 23 février 1981, Siri Hustvedt se rend à une séance de lecture de poésie, à laquelle assiste aussi Paul Auster. Le coup de foudre est réciproque, elle épousera l'écrivain l'année suivante. Ils vivent à Brooklyn, New York, et ont une fille, Sophie Auster. Ses œuvres sont traduites dans seize langues à ce jour. En France les écrits de Siri Hustvedt sont traduits par Christine Le Bœuf et publiés chez Actes Sud.


Résumé

Iris, étudiante en lettres à New York, est dans la situation que bien des étudiants connaissent, le manque d'argent. Pour y remédier, la jeune fille est contrainte d'accepter toute sorte de travails, parfois un peu étranges, tels devoir décrire pour un homme des objets ayant appartenu à une morte.

Entre rencontres étranges, histoires d'amour qui finissent bien mal, le fragile équilibre d'Iris s'en voit troublé, et en quête de liberté, elle prend bientôt l'habitude de se travestir en un jeune homme, Klaus, pour se promener dans un New York ensommeillé. Sa santé mentale et physique s'en ressentent, tout comme la facilité à différencier rêve et réalité.


Ressenti

Tout d'abord, il faut mentionner que ce roman, le premier de Siri, est composé de quatre parties, mais contrairement à d'autres romans, cela aide le lecteur. Le fait d'avoir quatre parties donne une impression de quatre histoires bien différentes, de quatre périodes précises de la vie de la narratrice, mais à la fin du roman, on se rend compte qu'il n'en est rien, que chacune d'entre elles se rejoint pour nous aider à comprendre Iris, et sa souffrance, ce qui l'a conduit jusque là.

Le style de l'auteur est très fluide, et on est plongé dès les premières lignes dans l'histoire. Sans le moindre doute, Siri Hustvedt intrigue, donne envie au lecteur de continuer, de comprendre pourquoi Iris fait tout cela, de saisir en même temps qu'elle l'intérêt de ses actes.

Très clairement, à lire sans hésiter.

18 janv. 2010

Téméraire, de Naomi Novik



Auteur : Naomi Novik - Traducteur : Guillaume Fournier
Editeur : Pocket - Parution : 10/09/2009
Prix : 7.30€ - ISBN : 9782266183062


A propos de l'auteur

Naomi Novik est née à New York en 1973.
Diplômée de littérature anglaise et d'informatique, elle a participé au design et au développement du jeu vidéo d'heroïc fantasy Neverwinter Nights: Shadows of Undrentide (sorti en France en 2003). Après cette expérience, elle réalise qu'elle préfère la littérature à la programmation et se lance dans l'écriture de la série Téméraire. Passionnée de fantasy, mordue d'Histoire, elle porte un grand intérêt à la période napoléonienne et a un penchant tout particulier pour Patrick O'Brian et Jane Austen.
Peter Jackson, réalisateur du Seigneur des Anneaux, a acquis les droits audiovisuels de toute la série.


Résumé

XIXème siècle, époque des conquêtes de Bonaparte. Nous sommes dans la Navi anglaise, dans un monde où les dragons existent, et sont utilisés au combat. Très précisément, nous sommes en mer, aux côtés du capitaine Will Laurence, qui a capturé un navire français et sa cargaison, dont un oeuf de dragon.

Et devinez quand est ce que l'oeuf va éclore, et qui il choisira comme maître ? Notre bien-aimé capitaine, qui se verra contraint de quitter la Navi pour rejoindre les forces aériennes et ailées.


Ressenti


Très franchement, ce livre aurait pu être très intéressant. L'idée d'utiliser les dragons au combat est intéressante, tout comme celle d'utiliser l'époque de Bonaparte. Le style de l'auteur est très fluide, et se révèle facile à lire.

Ce qui est vraiment dommage, c'est que le personnage ressemble vraiment à un "gary-stue", autrement dit, à un héros parfait. Ben oui, il se retrouve avec un dragon très rare, va parvenir s'intégrer plutôt facilement, et au final, presque toutes les difficultés auxquelles il aurait du être confronté sont mentionnées, mais très peu développées, et ça gâche vraiment le roman.

Outre une ressemblance avec l'oeuvre d'Ann MacCaffrey (La Ballade de Pern, qui traite aussi des dragons), la fin de ce premier tome m'a complètement achevée.

SPOILER

En effet, on y apprend que le dragon est en fait un Célestre, très rare, au lieu d'un Impérial, race déjà exceptionnelle.... Vraiment dommage, même si c'est censé mettre en place l'intrigue du tome 2, le fait qu'il soit un Impérial était suffisant.

SPOILER FIN

En clair, si vous n'avez presque pas lu de fantasy, pourquoi pas. Sinon, permettez-moi de vous suggérer de passer votre chemin, vous trouverez certainement des livres plus intéressants que celui-ci.

11 janv. 2010

T'es pas ma mère, de Prune Berge



Auteur : Prune Berge
Editeur : Actes Sud - Parution : 02/10/2002
Prix : 5.50€ - ISBN : 9782742739653


A propos de l'auteur

Prune Berge est née à Bordeaux en 1945.
Elle a partagé sa vie professionnelle entre la télévision et l'édition. Publié chez Actes Sud en 2001, T'es pas ma mère est son premier roman.


Quatrième de couverture

Adoptée à la naissance, Stéphanie a vingt ans quand elle reçoit une lettre de sa mère, qui a accouché sous X. En lisant le récit des circonstances de sa conception et de sa naissance, la jeune femme, qui se croyait en rupture de lignage, découvre qu'elle doit compter à présent avec une autre mère et qu'il lui faudra concilier deux familles, avec leurs territoires génétiques et leurs pays dans la peau. Mais deux mères, cela demande deux "mers" à traverser, afin de pouvoir soi-même mettre au monde un effet sur une rive qui porte un nom.


Ressenti

Tout d'abord, il est à noter que nous avons ici un récit épistolaire. Ce qui est très intéressant, puisque nous pouvons avoir non seulement le point de vue de Stéphanie, mais aussi celui de sa mère adoptive, de sa mère biologique, et de bien d'autres personnages.

Ensuite, on constate tout au long du roman un langage qui est souvent châtié, mais qui exprime merveilleusement les sentiments des personnages. La lettre de la mère adoptive à la mère biologique est particulièrement réussie, car elle exprime totalement les difficultés d'adopter un enfant, et surtout, de faire face à la phrase très cruelle qui constitue le titre "T'es pas ma mère !"

En effet, comment réagir à cette phrase lorsque l'on a pas porté l'enfant qui nous dit ça ? La colère de Stéphanie, l'adoptée, est également très intéressante à parcourir, car on peut voir ici la difficulté de se construire.

Pour terminer, je dirais que la dernière lettre, dont je ne révèlerais pas le contenu ici histoire de pas vous gâcher le plaisir, est tout simplement sublime ^^ Prune Berge a merveilleusement réussi à faire évoluer son personnage principal. Donc, un seul conseil, lisez ce livre !


7 janv. 2010

Le passage de la nuit, d'Haruki Murakami



Auteur : Haruki Murakami - Traducteurs : Hélène Morita et Théodore Morita
Editeur : 10/18 - Parution : 05/06/2008
Prix : 7.40€ - ISBN : 9782264046857


A propos de l'auteur

Né à Kôbe en 1949, Haruki Murakami étudia la tragédie grecque, ouvrit un club de jazz à Tôkyô avant de se consacrer à l'écriture. Ne supportant pas le conformisme de la société japonaise, il s'expatrie en Grèce, en Italie, puis aux États-Unis. Traducteur de Scott Fitzgerald et Raymond Carver, il rencontre le succès dès son premier roman Ecoute le chant du vent (1979, non encore traduit en français). Aujourd'hui, il enseigne la littérature japonaise à Princeton.



Résumé

C'est la nuit, nous sommes au Japon, dans une ville qui n'est pas citée, et plus précisément, dans un bar, où nous observons une jeune fille, Mari. Mari, qui va retrouver dans ce lieu un homme croisé des années plutôt. Chapitre suivant, changement de personnage, nous nous trouvons à présent dans une chambre, à observer Eri, soeur aînée de Mari, qui dort paisiblement dans son lit.

Cette nuit-là, nous la vivrons avec ces deux personnages, et quelques autres qui vont venir s'y ajouter. Par exemple, une prostituée chinoise. Ou encore, un client d'un love-hôtel. Ou alors, une télévision qui s'allume toute seule dans la chambre d'Eri, et qui diffuse l'image de la chambre vide.

Ressenti

Comme mentionné un peu plus haut, les chapitres alternent entre ce que font Eri et Mari, les deux soeurs, et bien que ce changement puisse parfois perdre le lecteur, ce n'est pas le cas ici. Murakami instaure ici parfaitement deux histoires, que l'on veut suivre sans en perdre le fil, et qui se recouperont au final.

Le contenu est assez étrange. Histoires de vie et anecdotes sont mélangées ici, avec un fond d'intrigue en la personne du "nous" qui observe l'aînée des deux soeurs. Ce qui est certain, c'est que c'est avec un grand plaisir qu'on se laisse porter par l'écriture de Murakami, et on est très vite emportés dans l'histoire qui nous est contée ici.

Bref, un vrai bonheur à lire.

5 janv. 2010

Coraline, de Neil Gaiman


Auteur : Neil Gaiman - Traducteur : Hélène Collon - Illustrateur : Dave McKean

Editeur : Albin Michel - Parution : 03/06/2009

Prix : 10€ - ISBN : 9782226193445


A propos de l'auteur

Neil Gaiman est né en 1960.
Scénariste de bande dessinée (The Sandman), il s'est rapidement imposé comme l'un des meilleurs écrivains de la nouvelle vague du fantastique anglo-saxon. On lui doit les très remarqués Neverwhere (Prix Julia Verlanger 1999), Miroirs et fumées, American Gods (Prix Hugo, Bram Stoker et Locus fantasy 2002) et De bons présages, en collaboration avec Terry Pratchett
.

Rendez-vous sur http://www.neilgaiman.com, site officiel, pour en savoir plus ^^ (attention, site en anglais ).


Résumé

« Coraline vient d'emménager dans une étrange maison et, comme ses parents n'ont pas le temps de s'occuper d'elle, elle décide de jouer les exploratrices. Ouvrant une porte condamnée, elle pénètre dans un appartement identique au sien. Identique, et pourtant...

Dans la droite ligne d'Alice au pays des merveilles, ce roman magnifique a inspiré le film d'animation Coraline réalisé par Henry Selick. »


Ressenti

Tout d’abord, il est à noter que c’est de la littérature enfantine, dite « à partir de 9 ans ». Du coup, pour nous autres adultes, c’est extrêmement facile, et agréable à lire. Cependant, l’histoire n’est pas exceptionnelle.

Personnage principal, une petite fille dont l’âge n’est pas précisé, mais l’on devine qu’elle doit avoir une dizaine d’années, nommée Coraline. Une petite fille qui s’ennuie terriblement dans sa nouvelle maison, pleine de voisins étranges et de recoins.

Le roman étant destiné aux enfants, on retrouve sans surprise une histoire assez simple de parents qui disparaissent, et de l’enfant qui doit les sauver en allant dans un monde parallèle où vivent « les autres parents ».

L’intrigue est donc simpliste, la solution qui viendra rapidement à l’esprit de la petite fille l’est aussi, et le dénouement heureux n’apporte aucune surprise. Légère déception donc, étant donné tout le bien qu’on a pu me dire de l’auteur, mais un très bon roman pour de pré-ados, qui se lit très rapidement.


Film

Réalisé par Henry Selick, et sorti en juin 2009 en France, le film d’animation est un pur bonheur. Même en connaissant déjà l’histoire, le réalisateur a su ajouter quelques morceaux qui ont apporté beaucoup de magie en ce film.

L’actrice qui joue les mamans est tout simplement fabuleuse. Son jeu est vraiment agréable à voir, et les changements d’attitude sont très bien faits. Aucun passage du livre n’a été coupé, et c’est avec un grand plaisir qu’on retrouve tous les personnages farfelus de l’histoire.

Mon gros coup de cœur dans ce film, la musique. Légère, présente quand les dialogues ne sont pas de mise, elle est tout simplement enchanteresse ^^


Donc, pour finir, si vous n’avez pas vu ce film, ni lu ce livre, n'hésitez pas ^^

3 janv. 2010

No et moi, de Delphine de Vigan


Auteur : Delphine de Vigan

Editeur : Le Livre de Poche - Parution : 11/03/2009

Prix : 6€ - ISBN : 9782253124801


A propos de l'auteur

Après divers petits emplois, elle a occupé à Alfortville un poste de cadre dans un institut de sondage. Aujourd’hui, elle a une quarantaine d’années, est mère de deux enfants et vit de sa plume depuis 2007.

Son premier roman, Jours sanfaim est paru en 2001 aux éditions Grasset sous le pseudonyme de Lou Delvig : il s’agit d’un roman autobiographique sur le combat et la guérison d’une anorexique de 19 ans.


Résumé

"Elle avait l’air si jeune. En même temps il m’avait semblé qu’elle connaissait vraiment la vie, ou plutôt qu’elle connaissait de la vie quelque chose qui faisait peur.

D. V.

Adolescente surdouée, Lou Bertignac rêve d’amour, observe les gens, collectionne les mots, multiplie les expériences domestiques et les théories fantaisistes. Jusqu’au jour où elle rencontre No, une jeune fille à peine plus âgée qu’elle. No, ses vêtements sales, son visage fatigué, No dont la solitude et l’errance questionnent le monde. Pour la sauver, Lou se lance alors dans une expérience de grande envergure menée contre le destin. Mais nul n’est à l’abri ..."

Ressenti

Avec ces 246 pages, ce n'est pas un pavé, ni une nouvelle. Et pourtant, que de choses à l'intérieur...

On commence par un personnage atypique, puisque Lou Bertignac est une surdouée. On s'attache vite à une jeune fille qui tente de vivre une vie normale tant qu'elle le peut, et qui se différencie par toutes ses manies et ses expériences.

Intéressant aussi, de voir que l'on a à faire avec un personnage de 13 ans, qui paraît bien plus mature de certains côtés, et si innocente de l'autre.

Puis, vient la seconde héroïne, No. Une sans-abri. Tellement différente du premier personnage. Si pleine de désillusions amères, sortie de l'enfance trop tôt. Personnage qui restera tout au long du roman mystérieux, secret, fort et à la fois si fragile.

Le scénario en lui-même peut paraître assez simple, avec une rencontre entre nos deux personnages, qui vont se lier d'amitié. Mais ce qui est réellement intéressant, c'est l'évolution du personnage de Lou, qui passe doucement de l'enfant naïve, à une jeune adulte, un peu moins pleine d'illusions. Car, le roman également est plein d'illusions, puisque pendant un temps, on peut presque y croire, penser que No pourra retrouver une vie normale.

Mais non, ce n'est pas le but de l'auteur que de nous faire croire à un conte de fées, à une vie où tout est beau. Parce que dans la réalité, ce n'est pas comme ça que ça se passe. Ce qui m'a touchée dans ce roman, c'est ça. La beauté du monde où l'on tente de croire que ceux qui sont à la rue peuvent s'en sortir indemnes, le monde où l'on croit que les enfants esseulés, abandonnés de leur famille, s'en sortiront sans égratignure.

Non, ce n'est pas un livre joyeux, pas un livre qui est destiné à être lu pour une véritable détente, mais c'est un régal.

(et bonne année à tous au passage !)